La plateforme Maghribcom La plateforme Maghribcom

Afin de faciliter l'information relative à la mobilisation des compétences marocaines à l'étranger, le Ministère Chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et des Affaires de la Migration a mis en place une plateforme Web ciblant de façon prioritaire la communauté marocaine expatriée qualifiée. Il s'agit notamment de rassembler sur la même plateforme les informations relatives aux plans et programmes nationaux en œuvre au Maroc, aux opportunités d'affaires et d'investissements, au programme de mobilisation de compétences mis en œuvre par le MCMRE en partenariat avec les différents acteurs nationaux, les pays d'accueil et les réseaux de compétences.

Cette plateforme permet également l'accès facile aux guides pratiques et aux annuaires thématiques ou géographiques élaborés par le Ministère et ses partenaires. 

Actualités Actualités

Le Maroc à l’Institut du Monde Arabe en octobre prochain

Le Maroc à l'Institut du Monde Arabe en octobre prochain

Le 15 octobre prochain sera inauguré à l'Institut du Monde Arabe (IMA) en France une grande manifestation sur le Maroc. L'événement, premier du genre en France et à l'IMA, s'intéressera à toutes les facettes du Maroc contemporain. Après le triomphe des expositions Orient Express et Hajj-le pèlerinage à la Mecque, l'Institut du monde arabe inaugure le 15 octobre 2014, et pour la première fois en France, une grande manifestation consacrée au Maroc contemporain. Le public découvrira jusqu'au début de l'année 2015 toutes les facettes du bouillonnement artistique du Maroc d'aujourd'hui. Plusieurs événements d'envergure sont au programme. - Une grande exposition évènement qui, sur 2 500 mètres carrés et dans tout l'IMA, présentera le travail de plus de 80 artistes vivants (plasticiens, designers, vidéastes, architectes, créateurs de mode...), représentant la multiplicité des courants artistiques ainsi que la diversité culturelle, linguistique, ethnique et confessionnelle marocaine. Cette exposition sera l'une des plus importantes expositions jamais consacrées en France à la scène artistique contemporaine d'un pays étranger. - Près de 30 concerts de musique marocaine pour tous les goûts : musique savante, musique traditionnelle, musique populaire mais aussi rock, rap et hip hop - 4 spectacles de danse - Le meilleur du cinéma marocain - Des conférences et des débats, avec des invités prestigieux, autour de sujets aussi divers que les langues du Maroc, le soufisme, la religion, la société civile, le féminisme, les médias, la littérature. Dressée sur le parvis de l'Institut du monde arabe, et ouverte à tous, une imposante tente traditionnelle du Maroc saharien, redessinée par l'architecte Tarik Oualalou, accueillera sur près de 500 mètres carrés les visiteurs pour des démonstrations d'artisanat ou des spectacles. 
L'IMA a prévu également, avec d'autres lieux, des expositions sur le Maroc médiéval au théâtre de la Ville, Maison des cultures du monde, théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis..

Le Maroc à l'Institut du Monde Arabe en octobre prochain

L'ONU lance le prix d'excellence pour le service public au titre de l'année 2015

L'ONU lance le prix d'excellence pour le service public au titre de l'année 2015

Rabat - Le Système des Nations Unies vient de lancer l'ouverture du dépôt des candidatures pour la participation aux sélections pour l'obtention du Prix d'excellence pour le service public au titre de l'année 2015. Le Maroc créerait une unité navale chargée de limiter ses frontières avec les Canaries L'ONU lance le prix d'excellence pour le service public au titre de l'année 2015 Les institutions publiques intéressées sont invitées à déposer leur candidature via le lien suivant : www.unpan.org/applyunpsa2015, annonce le ministère de l'Economie et des finances sur son site web, précisant que le dernier délai pour le dépôt des candidatures est le 31 octobre 2014. Ce prix constitue la plus prestigieuse reconnaissance internationale de l'excellence dans le service public, souligne le ministère, ajoutant qu'il récompense, chaque année, les réalisations innovantes et les contributions des institutions publiques de par le monde qui conduisent à une administration publique plus efficace. Le prix d'excellence des Nations Unies pour le service public couvre quatre catégories de compétition en l'occurrence, l'amélioration de la prestation de services publics, l'amélioration de la participation à la prise de décision grâce à des mécanismes innovants, la promotion d'approches gouvernementales inclusives et intégratives à l'ère de l'Information et la promotion d'une prestation des services publics intégrant la dimension genre. Le ministère de l'Economie et des finances a remporté l'édition 2014 du Prix dans la catégorie 4 en reconnaissance de ces efforts en matière de promotion de la Budgétisation Sensible au Genre.

L'ONU lance le prix d'excellence pour le service public au titre de l'année 2015

Conférence économique africaine L’innovation sous la loupe des experts

Conférence économique africaine L'innovation sous la loupe des experts

La 9e Conférence économique africaine (CEA) aura lieu en Côte d'Ivoire, du 1er au 3 novembre. Elle sera organisée à Abidjan, là où le groupe de la Banque africaine de développement (BAD) vient officiellement de célébrer son retour à son siège statutaire. La manifestation est, pour rappel, un événement annuel organisé conjointement par la BAD, la Commission économique pour l'Afrique et le Programme de développement des Nations unies. La Conférence 2014, à laquelle devront participer tous les pays du continent, dont le Maroc, est placée cette année sous la thématique «Savoir et innovation pour la transformation de l'Afrique». Elle se veut une occasion pour les chercheurs, décideurs politiques et praticiens du développement venus d'Afrique et d'ailleurs, de débattre des besoins en infrastructures immatérielles de l'Afrique et leur effet catalytique sur la rapidité et la portée de la transformation économique et de la croissance inclusive. Elle permettra aussi de se pencher sur l'efficacité des institutions africaines dédiées au savoir et à l'innovation ainsi que sur les pistes pour développer les compétences et les technologies dont le continent a tant besoin, afin notamment de concrétiser le programme de transformation du continent. La Conférence s'intéressera notamment aux obstacles critiques à surmonter dans le domaine de l'innovation et de la recherche et saisira les leçons tirées des différentes expériences sur le continent afin de guider l'élaboration de réponses politiques appropriées notamment d'investissement. «Alors que le continent continue de mettre en place son agenda en faveur d'une Afrique intégrée, prospère et pacifique, tirée par ses propres citoyens, et représentant une force dynamique à l'échelle internationale, le succès dépendra en grande partie du savoir-faire, des technologies et des compétences engrangés et orientés vers l'innovation», souligne la BAD. À l'exception de l'Ile Maurice (53e) et de l'Afrique du Sud (58e), les pays africains continuent d'occuper les derniers rangs des classements mondiaux en ce qui concerne l'innovation (Indice mondial 2013 de l'innovation). Un bilan mitigé, dû, en partie, à un enseignement technique délaissé et peu valorisé et à la faiblesse des dépenses intérieures brutes de R&D. En effet, ajoute l'institution, le continent connaît un sérieux déficit de compétences dans des domaines indispensables à l'atteinte de l'objectif de transformation structurelle. La prolifération des instituts d'enseignement supérieur et des groupes de réflexion dédiés aux enjeux du développement n'a pas aidé à réduire le déficit des compétences sur le continent. Elle n'a pas non plus amélioré l'accès à l'emploi. Un des objectifs majeurs de la conférence est ainsi d'examiner les meilleures façons d'utiliser le savoir et l'innovation de sorte à accroître l'accès des jeunes à l'emploi et, partant, à accélérer l'absorption de nouvelles technologies dans l'économie.

Conférence économique africaine L'innovation sous la loupe des experts

Pour soutenir la formation et l’emploi L’AFD accorde au Maroc un prêt de 50 millions d’euros

Pour soutenir la formation et l'emploi L'AFD accorde au Maroc un prêt de 50 millions d'euros

50 millions d'euros pour le financement du programme Emploi et Développement des Compétences. Telle est la dernière initiative prise par l'AFD (Agence française de développement) au Maroc. L'AFD vient d'accorder un prêt de 50 millions d'euros (environ 600 millions de DH) lors d'une cérémonie tenue au ministère de l'Economie et des finances, à Rabat, ce mercredi 9 septembre. La convention de ce mécanisme, co-financé par l'AFD, la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement (BAD), a été signée, côté marocain, par Mohammed Boussaid, ministre de l'Economie et des finances, et côté français par Anne Paugam, directrice générale de l'AFD. Objectif visé : améliorer l'adéquation des compétences produites par le système de formation professionnelle aux besoins du marché du travail et l'efficacité des services d'intermédiation, incluant les politiques actives du marché du travail. A préciser que l'AFD financera, en complément, par le biais d'une subvention de 500.000 euros (environ 6 millions de DH) le processus de déploiement d'une assistance technique qui viendra renforcer les moyens mis en œuvre par le Royaume en matière d'employabilité, d'insertion professionnelle des lauréats de la formation professionnelle, d'élargissement du public bénéficiaire des services publics d'intermédiation sur le marché du travail et d'efficience des mesures de politique active pour l'emploi. «Ce prêt a pour objectif de réduire le chômage dans le cadre du programme Emploi et Développement des Compétences, et ce à travers l'amélioration de la formation professionnelle, de l'employabilité et de l'intermédiation», a tenu à préciser le ministre de l'Economie et des finances. Pour sa part, la directrice générale de l'AFD a confié que l'organisme qu'elle dirige va contribuer à ce programme pour booster l'amélioration de la formation et l'adéquation entre l'offre de formation et les besoins actuels du marché du travail. Quant à lui, le ministre de l'Emploi et des affaires sociales, Abdessalam Saddiki, a souligné que «ce prêt s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de l'emploi visant à réduire le taux de chômage des jeunes diplômés. La finalité du programme Emploi et Développement des Compétences étant d'appuyer, financièrement et techniquement, la structuration et la mise en œuvre de la politique du gouvernement pour l'amélioration de l'équité et de la qualité des prestations dont bénéficient les Marocains auprès du service public de l'emploi».

L'AFD accorde au Maroc un prêt de 50 millions d'euros

سفارة بريطانيا تحتفي بمُقاولين شباب دعما للاقتصاد المغربي

سفارة بريطانيا تحتفي بمُقاولين شباب دعما للاقتصاد المغربي

احتضنت السفارة البريطانية بالرباط، حفل اختتام برنامج "فرصة" للتوجيه المقاولاتي، بتخرج حوالي 140 مقاولا ومقاولة من فئات الشباب، أغلبهم لا يتجاوز 35 سنة، ثلثهم من النساء، ويشتغلون داخل 18 مجالا اقتصاديا متنوعا. السفير البريطاني، كلايف ألدرتون، قال، في كلمة له يوم الثلاثاء أمام الحاضرين، أن حصيلة البرنامج "جد إيجابية"، لاعتبار أنه شكل حافزا قويا للشباب المقاول من أجل تطوير نفسهم المقاولاتي، "وسيكون دافعا قويا لتدعيم الاقتصاد المغربي"، وفق تعبيره. وأضاف ألدرتون أن الحكومة البريطانية ومعها الدول الكبرى "فخورة" بنجاح المشروع، "خاصة وأنه تزامن مع الخطاب الملكي الأخير حول ضرورة تثمين الرأسمال غير المادي بالمغرب"، مشيرا إلى أن البرنامج، المدعوم من طرف دول G8 الكبرى بعد مؤتمرها المنعقد بمنطقة دوفيل الفرنسية عام 2011، ساهم في نمو رقم معاملات المقاولات الشابة، موضوعة التوجيه، بمتوسط بلغ 25%. من جهته، أشار مامون بوهدود، الوزير المنتدب المكلف بالمقاولات الصغرى وإدماج القطاع غير المنظم، إلى الدعم الحكومي الذي تجده مبادرات وطنية ودولية لتشجيع المقاولات في صفوف الشباب، على أن الحكومة تنظر في تعميم مثل تلك التجارب على المستوى الوطني، "خاصة مع الاستقرار السياسي والاقتصادي الذي يعرفه المغرب". الوزير الشاب أوضح أيضا أن توفر المغرب على مناخ صحي لتطوير المشاريع الاقتصادية لا يعفيه من مواجهة تحدي الالتحاق بركب تجارب اقتصادية صاعدة ومتقدمة، مثل البرازيل وماليزيا وتركيا، مشددا على أن بنية النسيح الاقتصادي بالبلد يبقى مشكلا كبيرا يحتاج إلى توفير موارد بشرية مدربة ومؤهلة، "لإرساء دعائم اقتصاد قوي منشود". وانطلق برنامج "فرصة" التوجيهي قبل سنة من الآن بالدار البيضاء، بفريق شمل مركز المسيرين الشباب (ِCJD)، ومؤسستي "آدم سميث انترناشيونال" و"ماوكلي" البريطانيتين، بإشراف من حكومة المملكة المتحدة، استهدف توجيه عشرات المقاولين الشباب في مناطق مغربية متفرقة، عبر برنامج من الدورات التكوينية والزيارات الميدانية لعدة أوراش اقتصادية وطنية. ويوجه البرنامج المذكور لست دول تخطو في مسار الانتقال السياسي والاقتصادي، من ضمنها المغرب، كإحدى توصيات قمة "دوفيل" الفرنسية، التي احتضنت في ماي 2011، الاجتماع رقم 32 لدول G8 التي توصف بالديمقراطية والصناعية، (ألمانيا وكندا والولايات المتحدة وفرنسا وإيطاليا واليابان وبريطانيا وروسيا)، وهو الموعد العالمي الذي خلص إلى تدعيم الدول العربية التي عاشت هزات الربيع العربي قبل 3 سنوات.

سفارة بريطانيا تحتفي بمُقاولين شباب دعما للاقتصاد المغربي

CONSULTING: UN BUSINESS DE 700 MDH PAR AN

CONSULTING: UN BUSINESS DE 700 MDH PAR AN

Valyans Consulting, le troisième plus grand cabinet au Maroc, lance un appel public à l'épargne. L'occasion de zoomer sur le très discret, mais très lucratif marché du conseil. "La demande du secteur du conseil a affiché une croissance significative sur les dernières années pour atteindre un niveau estimé entre 600 et 700 millions de DH (MDH)". C'est ainsi que Valyans Consulting présente son secteur d'activité, dans la note d'information pour son programme de billets de trésorerie de 100 millions de dirhams. Le cabinet de Mohcine Jazouli est le troisième plus grand du Maroc derrière les deux enseignes internationales BCG et Mc Kinsey. A lui seul, il brasse un chiffre d'affaires de plus de 100 MDH et dégage une marge bénéficiaire nette de près de 15%. 80% du business de Valyans comme les majors du consulting implantés au Maroc, provient de l'administration. Avec les différentes stratégies nationales à élaborer et à mettre en œuvre, le secteur public est en fait l'un des principaux demandeurs de prestations de consulting. Mais ce filon au Maroc tend à se dissiper. Rappelez-vous en avril dernier, quand Moulay Hafid Elalmy, pour son plan d'accélération industrielle, avait annoncé que le temps des études commandées était révolu. Et la future loi de finances 2015 devrait prévoir, selon la note de cadrage, une commission interministérielle au niveau de la primature pour valider toute commande d'étude. Les grands cabinets comme Valyans Consulting cherchent donc de nouveaux marchés où facturer leur expertise. En 2013 déjà, plus de la moitié du chiffre d'affaires a été réalisé en Afrique. D'ailleurs si aujourd'hui Valyans négocie une facilité de trésorerie (jusqu'à 100 MDH) sur le marché des capitaux, c'est bien pour faire face à ses besoins ponctuels : "Le développement significatif de l'activité en Afrique engendre des variations de besoin en fonds de roulement du fait des frais de prospection et de déplacement. Mais il y a aussi les délais de paiement qui sont supérieurs à ceux pratiqués sur le marché national", indique le management de Valyans.

CONSULTING: UN BUSINESS DE 700 MDH PAR AN

Industrie photovoltaïque : Le Maroc et le Chili prochains eldorados selon le rapport de Eclareon

Industrie photovoltaïque : Le Maroc et le Chili prochains eldorados

Le Maroc et le Chili représentent les futurs eldorados pour l'industrie photovoltaïque, selon un rapport établi par le cabinet de conseil Eclareon sur la parité entre les tarifs de l'électricité de base et celle du photovoltaïque (PV). Selon le document intitulé « PV Grid Parity Monitor », qui revient notamment sur une étude dans la région de Ouarzazate, le royaume se rapproche de plus en plus de la parité complète, la différence entre les deux tarifs étant seulement de 14%. Détails. Industrie photovoltaïque : Le Maroc et le Chili prochains eldorados selon le rapport de Eclareon Le Chili arrive déjà à une parité complète entre le tarif requis pour le producteur d'énergie photovoltaïque et le tarif de l'électricité de base, mais le Maroc en semble très proche. Telles sont les conclusions du quatrième rapport sur la parité entre les tarifs de l'électricité de base et celle du photovoltaïque réalisé par le cabinet de conseil Eclareon. Intitulé « PV Grid Parity Monitor » ou « Moniteur de la parité photovoltaïque », le document revient sur des études réalisées dans six pays : Maroc, Chili, Etats-Unis (Texas), Italie, Mexique et Turquie. Au Maroc, l'étude concerne principalement la région de Ourzazate. En effet, soulignent les auteurs du rapport, entre 2012 et 2014, la comparaison des tarifs de l'électricité pour les consommateurs industriels (Haute tension – Très haute tension) et le tarif requis pour un investisseur de Photovoltaïque (sous une structure de financement de projet) révèle une baisse de 4,1% du tarif requis pour le PV, alors que le prix de référence de l'électricité est resté stable au Maroc. Potentiel pour les investisseurs La différence entre les deux tarifs est tombé à seulement 14%. Mais les niveaux élevés d'irradiation et la baisse continue du prix du PV ont presque compensé les tarifs subventionnés dans l'électricité. A cela, s'ajoutent la récente augmentation (août 2014) et les prochaines hausses des tarifs de l'électricité prévues dans le contrat-programme entre l'Etat et l'ONEE. Une fois la parité établie, l'industrie photovoltaïque devrait ainsi représenter un terrain d'investissement de premier plan pour le pays. Toutefois, le rapport souligne un point faible pour les investisseurs : la longue période d'amortissement de l'actif qui est fixée à 20 ans au Maroc. Selon les auteurs du rapport, plusieurs investisseurs envisagent déjà le PV comme une technologie crédible pour rivaliser dans le marché de gros dans certains spots.

Le rapport de Eclareon: le Maroc et le Chili prochains eldorados

La musique marocaine s'illustre au "World music festival" de Copenhague

La musique marocaine s'illustre au "World music festival" de Copenhague

La musique marocaine dans sa richesse et son authenticité a été bien représentée au World music festival de Copenhague (3 au 7 septembre), un rendez-vous annuel phare du calendrier artistique de la capitale danoise. Le groupe Oudaden, l'une des icônes de la musique amazighe depuis 25 ans, et la troupe féminine de chants spirituels des Haddarates, ont fait vibrer l'assistance sur plusieurs scènes, un public fait essentiellement de Marocains résidant dans le pays nordique mais aussi nombre de Danois et de touristes ravis de découvrir quelques facettes des rythmes et des chants du Maroc. Pour le quotidien, +The Copenhague Post+, la participation d'Oudaden constitue l'un des moments forts de l'édition de cette année marquée par la participation de chanteurs et musiciens des trois coins du monde. Ambassadeur de la musique Amazighe, le groupe attire lors de ses concerts des foules allant parfois jusqu'à 100.000 spectateurs, écrit l'auteur de l'article qui rappelle qu'Oudaden est inspiré par la musique traditionnelle authentique dans la même lignée de groupes connus au Maghreb comme Izenzaren, Archach et Inerzaf. Lors de la nuit marocaine à Taastrup, banlieue ouest de la capitale danoise, les deux troupes ont interprété une compilation de leurs meilleures chansons. La soirée a été initiée avec le concours des membres de la communauté marocaine vivant dans la région. L'ensemble féminin, venu de la cité des Alizés, a notamment fait vivre au public l'ambiance authentique de la cérémonie du hadra, avec des invocations divines qui traduisent les sentiments d'élévation, d'amour et de paix intérieure propres à la musique et aux chants soufis. Le World music festival se veut une plate-forme pour la musique du monde qui reflète le désir de la capitale danoise de projeter une image d'une ville fière de sa diversité constante au plan culturel et ethnique. La communauté marocaine au Danemark est estimée à plus de 10.000 membres concentrés essentiellement à Copenhague et à Arhus, deuxième plus grande ville de ce pays scandinave de 5,5 millions d'habitants.

La musique marocaine s'illustre au "World music festival" de Copenhague

Forum Economique maroco-Guinéen :Les opportunités d'investissement en Guinée

Forum Economique maroco-Guinéen :Les opportunités d'investissement en Guinée

La CGEM a accueilli aujourd'hui une forte délégation de Guinée, dont son Premier ministre alors que le pays traverse à cause d'Ebola l'une des crises les plus dures de son existence. Plus de 500 entreprises dont 140 guinéennes ont pris part, mardi 09 septembre 2014, à Casablanca, aux travaux du Forum Economique maroco-Guinéen organisé par la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) sous le thème « Cap Guinée : une économie à construire, des opportunités à saisir ». Ce forum dont la séance plénière a été présidé par M. Salah Eddine Kadmiri, vice-président général de la CGEM a été rehaussé par la participation effective de 22 ministres marocains et guinéens dont le Chef du gouvernement de la République de Guinée M. Mohamed Said Fofana. Ce forum, qui intervient 6 mois après la signature de plus de 20 conventions lors de la dernière visite Royale en Guinée a été l'occasion de traduire dans la réalité la volonté des deux pays à aller de l'avant dans la concrétisation des opportunités d'investissements à travers des projets concrets publics et privés. Des ateliers sectoriels et des rencontres B to B ont ponctué cette grande rencontre économique maroco-guinéenne, animés par des membres des deux gouvernements et relatifs à des secteurs stratégiques pour les deux pays dont notamment l'Agriculture, la Pêche et l'Elevage, le Transport et les Infrastructures, l'Immobilier et l'Aménagement du Territoire, l'Eau, l'Energie et les Mines, le Commerce, l'Industrie et l'Industrie Pharmaceutique, le Tourisme et l'Artisanat et les Services Financiers. Les participants guinéens ont présenté des projets concrets d'investissement, relevant soit de la commande publique soit encore d'initiative du secteur privé guinéen. Par ailleurs, ce forum a connu la signature de 3 conventions. La première, concerne un accord de coopération en matière d'horticulture entre les deux départements de l'agriculture. La deuxième convention, elle, est relative à un investissement industriel en Guinée du groupe marocain Anouar Invest pour un montant de 1,4 milliards de DH dans six domaines : conserve de poisson, élevage, minoterie, biscuiterie, immobilier, cimenterie. Enfin, la 3e convention porte sur un accord de partenariat entre le marocain Mecomar et le guinéen Sicopress pour la prise en charge de l'assainissement liquide de la capitale Conakry.

Forum Economique maroco-Guinéen

Développement L’OMPIC planche sur l’édition 2014 du «Global Innovation Index»

Développement L'OMPIC planche sur l'édition 2014 du «Global Innovation Index»

L'Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale organise, ce 11 septembre, en son siège Casablanca, et en collaboration avec l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, un séminaire consacré à l'édition 2014 du «Global Innovation Index». Analyser l'évolution du Maroc dans l'indice mondial «Global Innovation Index» et faire le point sur les meilleures pratiques internationales pour en tirer les enseignements utiles. Tel est l'objectif assigné au séminaire qu'organisera l'OMPIC, ce jeudi 11 septembre, en son siège à Casablanca, avec l'étroite collaboration de l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle. Le séminaire, qui est destiné notamment aux acteurs de l'innovation ainsi qu'aux chercheurs, décideurs et universitaires, sera animé par Sacha Wunsch-Vincent, économiste senior à l'OMPI et membre de l'équipe de rédaction du Global Innovation Index. Et de rappeler que l'indice international en est à sa 7ème édition et qu'il est devenu une source de référence à l'échelle mondiale en matière de mesure de l'efficience de l'innovation pour les décideurs publics et privés. Le facteur humain dans l'innovation, thème de l'édition 2014, reflète l'importance du capital humain pour le développement de l'innovation. Dans ce cadre, un chapitre du «Global Innovation Index 2014» est dédié au rôle de la diaspora marocaine pour le développement de l'innovation dans le Royaume. C'est dans cette optique se tiendra le séminaire consacré à cet effet ce 11 septembre à partir de 9h, au siège de l'OMPIC à Casablanca.

Edition 2014 du «Global Innovation Index»

Casablanca, l'un des meilleurs centres financiers émergents au monde

Casablanca, l'un des meilleurs centres financiers émergents au monde

Casablanca, la capitale économique du royaume, figure parmi les neuf meilleurs centres financiers émergents au monde, selon la chaine américaine CNN qui se base sur la position géostratégique de la ville et son infrastructure solide. Selon la journaliste Katie Pisa dans une analyse diffusée sur le site, « le nom de Casablanca revient le plus souvent » lorsqu'on interroge les experts internationaux de la finance sur le centre financier qui, selon eux, deviendrait parmi les plus importants au monde, dans les prochaines années. Pour sa part, le directeur des opérations de la Casablanca Finance City (CFC), Hicham Zegrary, cité par CNN, indique que la ville « ambitionne en effet de capitaliser sur sa position géographique pour faire de sa place financière un hub financier pour l'Afrique du Nord, de l'Ouest et Centrale ».

Casablanca, l'un des meilleurs centres financiers émergents au monde

Marrakech Congrès mondial de la chirurgie esthétique

Marrakech Congrès mondial de la chirurgie esthétique

Organisé dans le cadre de la formation postuniversitaire continue, ce congrès est un nouveau rendez-vous incontournable pour tous les professionnels de la médecine régénérative et de la chirurgie plastique esthétique, indiquent les organisateurs de la manifestation. «L'objectif premier de ce congrès est de mettre à la disposition de nos confrères Marocains et internationaux un enseignement théorique et pratique de qualité, afin de maintenir et réaffirmer le niveau d'excellence de la chirurgie plastique-régénérative et de la médecine esthétique au Maroc», précise-t-on de même source. Cette rencontre, la première à offrir des cours d'enseignement pertinent de la beauté à travers des concepts artistiques, est également un espace de partage d'expériences sur des sujets scientifiques de pointe pour apporter les connaissances et les techniques en avant-première aux participants. Ce congrès international pour l'avancement de la chirurgie esthétique plastique et la dermatologie cosmétique présentera «des injections en direct et des vidéos 3D de démonstrations anatomiques, en se concentrant sur des outils et des techniques de traitement combinés, des thérapies cellulaires et régénératrices, ainsi qu'un large panel d'ateliers», selon les organisateurs. La troisième édition du MWAC, qui rassemblera de nombreux spécialistes et experts, est destinée à dépasser les résultats de ses deux précédentes éditions et à atteindre de nouveaux sommets d'excellence. Depuis sa première édition en 2012, le MWAC est passé de l'idée d'une journée de connaissance sur la corrélation entre les concepts artistiques de la beauté et la dissection anatomique en 3D à un évènement scientifique de haut vol, d'échange de connaissances et de compétences au sein d'une communion amicale. Selon les organisateurs, ce nouveau concept de congrès a même séduit la renommée Barts School of Medicine de la Queen Mary University of London, l'établissement désignant ainsi le MWAC comme journée clinique reconnue dans le cursus de ses résidents aussi bien pour leur master de chirurgie plastique esthétique que pour le certificat de troisième cycle en médecine esthétique. La Barts School s'est engagée à faire participer l'ensemble de ses résidents à l'édition 2014. L'édition 2013 a été un véritable succès rassemblant 500 participants venant de quinze pays différents.

Marrakech Congrès mondial de la chirurgie esthétique

L’innovation à l'honneur de la 4e édition du CFIA Maroc

L'innovation à l'honneur de la 4e édition du CFIA Maroc

L'industrie agroalimentaire sera à l'honneur à Casablanca. La Chambre française de commerce et d'industrie du Maroc (CFCIM) et GL events Exhibitions organisent du 16 au 18 septembre 2014, la 4e édition du Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire (CFIA Maroc). Les organisateurs tablent sur 200 exposants et 4.000 visiteurs. Pour les nouveautés de cette édition, il s'agira de mettre en place un plateau TV qui réunira les principaux acteurs de l'industrie agroalimentaire afin de débattre de sujets majeurs, dans le cadre d'émissions et de conférences. De même, le salon a souhaité mettre à l'honneur l'innovation et la valeur ajoutée des fournisseurs de l'agroalimentaire. C'est ainsi qu'aura lieu cette année un nouvel évènement, à savoir les trophées CFIA Maroc. Temps fort du salon, ils auront pour objectif de valoriser l'inventivité et les compétences des entreprises participantes. «L'objectif du CFIA Maroc est de mettre en avant les nombreuses opportunités offertes par le marché d'Afrique du Nord. L'évènement propose, en outre, des solutions concrètes aux enjeux actuellement rencontrés par le secteur en termes de productivité, sécurité alimentaire et qualification professionnelle. Trois domaines y seront notamment représentés, à savoir les ingrédients et produits alimentaires intermédiaires, les équipements et procédés et les emballages et conditionnements», annoncent les organisateurs. Programmé tous les deux ans, le CFIA Maroc offre aux professionnels une plateforme B to B ciblée. En 2012, il avait drainé plus de 3.500 visiteurs professionnels et 190 exposants (en provenance du Maroc, de France, d'Allemagne, d'Espagne, d'Italie, du Portugal, de Suisse, d'Égypte et de Tunisie). Cette année, l'événement se tiendra sur une superficie de 3.700 m2. Les industriels de l'agroalimentaire pourront y découvrir les dernières technologies en matière d'équipements. Des visites collectives de professionnels en provenance des différentes régions du Royaume seront également organisées afin de donner à l'évènement une dimension nationale. Pour rappel, l'agro-industrie a généré une valeur ajoutée d'environ 30 milliards de DH en 2012, soit 30% du PIB industriel. Il compte 2.048 entreprises, soit 27% de l'ensemble des unités industrielles, et emploie près de 143.000 personnes, soit 25% de l'effectif industriel global. Le chiffre d'affaires de ces industries s'est situé à près de 106 milliards de DH en 2012, soit 27% de la production industrielle totale, selon le département de l'Industrie. Les investissements réalisés dans le secteur se sont situés à 4,5 milliards de DH en 2012, soit 19% des investissements industriels.

Innover dans l'Agro-industrie

Emploi: La recette de la BAD pour les pays d'Afrique du Nord

Emploi: La recette de la BAD pour les pays d'Afrique du Nord

Les pays d'Afrique du Nord, dont le Maroc, ont une opportunité historique à ne pas rater. Le constat est du groupe Banque africain de développement (BAD) dans son rapport d'activité 2014 relatif à la région et intitulé «La recherche de l'inclusion». Pour les experts de la Banque, les forces démographiques devraient continuer à générer une offre croissante de travailleurs jusqu'en 2020. Ce qui, moyennant un marché du travail bien fonctionnel et un climat de l'investissement attrayant, pourrait favoriser une forte croissance. «L'avènement de nouveaux gouvernements dans la région pourrait fournir l'élan nécessaire à la mise en œuvre des réformes structurelles ambitieuses nécessaires pour tirer profit de ce dividende démographique», explique-t-on dans le document de 280 pages. La recette de la BAD aux pays de la région : les pouvoirs publics doivent répondre aux besoins immédiats de transition, tout en ayant présents à l'esprit les problèmes à long terme qui entravent la création d'emplois. Pour les experts de l'institution, l'élaboration de programmes actifs en faveur du marché du travail doit prendre en compte l'expérience internationale, y compris la tenue de consultations avec un vaste éventail d'acteurs, en particulier des entreprises du secteur public. «Ces programmes doivent également se focaliser sur le développement de statistiques appropriées sur la dynamique du marché du travail et sur les tendances et les qualifications recherchées par les employeurs, ainsi que sur leur utilisation pour permettre aux jeunes travailleurs d'orienter leur carrière», détaille le rapport. La BAD recommande également l'inclusion du ciblage efficace des personnes ayant le plus besoin d'assistance et l'établissement de liens entre la formation professionnelle et la recherche d'un emploi, d'une part, et entre les mécanismes de l'entrepreneuriat et l'accès aux financements, aux marchés et à la formation, d'autre part. Aux yeux des experts de la Banque, la réforme de la réglementation du marché du travail est essentielle pour le succès de la transition. Mais elle n'est pas suffisante. «En effet, l'allègement des restrictions au licenciement des travailleurs et la réduction des exigences en matière de cotisations sociales doivent s'accompagner de la mise en place de filets de sécurité sociale et d'améliorations dans la représentation collective, afin de protéger les travailleurs et d'éviter des difficultés excessives pendant la Transition», explique l'institution. Le rapport relève, par ailleurs, que la capacité des pays d'Afrique du Nord à mettre en œuvre des réformes ciblant leurs marchés du travail varie d'un pays à l'autre. En clair, le niveau des ressources financières, la qualité du capital humain, la solidité des institutions et la nature du processus de transition, pour ne citer que ces facteurs, diffèrent largement dans la région. «Ainsi, alors que ces pays connaissent à certains égards les mêmes problèmes, il y a des différences dans la profondeur, le rythme et le calendrier souhaitables des réformes», décryptent les auteurs du rapport. Parmi les principes fondamentaux à observer pendant le processus de réforme, il y a lieu de citer l'importance du maintien de la stabilité macroéconomique, l'amélioration du climat des affaires, le développement des compétences demandées par le secteur privé (notamment la formation professionnelle) et le respect de la primauté du droit. Si la BAD insiste sur l'emploi et l'insertion professionnelle dans son document, c'est qu'elle a constaté que les marchés du travail de la région avancent à deux vitesses, marqués par une fracture importante entre les secteurs formel et informel. «Le taux de participation au marché du travail de la population en âge de travailler reste très faible, inférieur à 50% et, du coup, celui du chômage frôle les 10% dans tous les pays d'Afrique du Nord – considérablement plus que la moyenne mondiale», déplore le rapport. De plus, les jeunes de 15 à 24 ans risquent d'être trois fois plus au chômage que les adultes de 25 ans et plus. Le chômage est donc particulièrement élevé parmi les jeunes éduqués et les femmes. Selon la BAD, celles-ci sont deux fois plus susceptibles d'être au chômage que les hommes. Et la situation s'avère plus grave pour les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans, trois fois plus exposées au chômage que les femmes de plus de 24 ans. La croissance inclusive pour un partage équitable des richesses Dans son rapport, la BAD insiste aussi sur l'importance entre la croissance et le développement inclusifs. Elle affirme qu'en dépit des progrès enregistrés par les économies d'Afrique du Nord, tant en termes absolus que par rapport à d'autres économies en développement, les inégalités entre les groupes sociaux se sont fortement accentuées dans deux domaines, à savoir le marché du travail et entre les régions. «Ce sont ces inégalités qui s'avèrent les principaux freins au caractère inclusif de la croissance. Or, une croissance inclusive dans ces pays permettrait justement un meilleur partage des richesses entre classes d'âges, catégories sociales et entre régions», souligne l'institution. Elle indique, en outre, que l'extrême pauvreté en Afrique du Nord semble être étonnamment faible, au regard des normes internationales puisque la proportion de la population vivant avec moins de 1,25 dollar US par jour est inférieure à 3% pour trois pays de la région : Maroc, Algérie et Égypte. Ce taux est comparable à celui de l'Europe et de l'Asie centrale, mais il est inférieur à celui de l'Amérique latine, bien que les deux premières régions soient beaucoup plus riches que l'Afrique du Nord. Toutefois, précise la Banque, la proportion de personnes vivant avec moins de 2 dollars par jour, qui, selon la dernière enquête disponible, varie de 12,8% en Tunisie à 18,4% en Égypte, est très supérieure à la moyenne de l'Europe et de l'Asie centrale, et, à l'exception de l'Égypte, comparable à celle de l'Amérique latine, mais bien inférieure au taux des régions plus pauvres de l'Asie du Sud et de l'Afrique subsaharienne.

La recette de la BAD pour les pays d'Afrique du Nord

أسماء بوجيبارأول مغربية تلتحق بوكالة الفضاء الأمريكية" ناسا"

أسماء بوجيبارأول مغربية تلتحق بوكالة الفضاء الأمريكية" ناسا"

التحقت النابغة المغربية أسماء بوجيبار، بفريق الناسا بهوسطن ولاية تكساس الامريكية، وهي بذلك أول عربية افريقية تلتحق بوكالة الفضاء الأمريكية.مسار متميز للمغربية أسماء المزدادة سنة 1984. فالشابة سليلة الزعيم الريفي عبد الكريم الخطابي رحمه الله، وبعدما تخصصها في علوم الأرض وخاصة علوم البراكين، حصلت على دكتورا في علوم الكواكب وتمايزها،ثم بعدها شاركت في مباراة أقامتها ناسا، لتتفاجأ رفقة أسرتها باتصال من طرف الوكالة الدولية الناسا بعد شهرين للالتحاق بصفوفها وذلك بعدما حاز مشروعها على اعجابهم.وأشارت والدة أسماء، ذات الجنسية التونسية أنها جد سعيدة بتحقيق ابنتها لحلمها والتحاقها بوكالة الفضاء الأمريكية، سيما وأنها تعتبر أول عربية أفريقية تلتحق بهذه الوكالة العالمية

مغربية تلتحق بوكالة ناسا

طلبة مغاربة بألمانيا.. نضال يومي مع المعيش للنجاح في الحياة

طلبة مغاربة بألمانيا.. نضال يومي مع المعيش للنجاح في الحياة

تُعتبر ألمانيا من الوجهات المفضلة للطلبة المغاربة الراغبين في آفاق جديدة تضمن لهم مستقبلاً مهنياً واضح المعالم، ولا عجب أن يكتشف المار من القنصلية الألمانية بالرباط مثلاً، وجود عدد مهم من الطلبة المغاربة الذين ينتظرون دورهم من أجل التوصل بالموافقة على الانتقال إلى بلاد "جوته". ولا غرابة كذلك في أن يتعرّف الزائر المغربي لهذه البلاد على نسبة مهمة من أبناء بلده الدارسين بمعاهد وجامعات في تخصصات متعددة. الأحلام متنوعة، لكنها تتوحد في الاستفادة من الخبرة الألمانية في التعليم، وأحيانا حتى في الاستقرار نهائياً بما أن جودة الحياة الألمانية جلبت على الدوام أبناء المغرب الأقصى. من التصوير بالمغرب إلى طلب العلم بألمانيا قبل أن يشدّ رحاله إلى ألمانيا من أجل الدراسة في مدينة كولن، كان حمزة شاطر يشتغل في المغرب كمصور حر، إلّا أن رغبته في فتح آفاق جديدة، واستيعاب معارف جديدة، جعلته يأخذ هذا القرار المهم في حياته، حتى ولو صار مجبراً على أن يعمل الليل وعطل الأسبوع كي يتمكن من الاستمرار في الدراسة. اختار حمزة ألمانيا لمجانية التعليم في جامعاتها العمومية، وكذلك لتواجد شقيقه بها، إلّا أن مقامه هنا لم يخلُ من صعوبات، وأولها إتقان اللغة الألمانية التي وصفها باللغة الصعبة على الأجنبي والمتطلبة لسنوات من الممارسة، ثانيها العلاقة مع السكان الألمان، فهم لا يحبون التعامل كثيراً مع الأجانب بسبب التجارب السيئة التي خاضوها معهم، حسب قوله. ويضع حمزة أمام نصب عينيه العودة يوماً ما للاستقرار بالمغرب، إلّا أنه يركز أولاً على تحقيق ما جاء لأجله، وأن يفرض اسمه هنا لبعض السنوات، مع إمكانية سفره لبلاد أخرى قبل العودة إلى المغرب، فهو عاشق للتجارب الجديدة، وللحياة في مجتمعات مختلفة عن بلاده. وربما أن زياراته لعدة بلدان أخرى غير ألمانيا، تقدم الدليل على حبه لميدان التصوير الذي يبقى مرادفاً للمغامرة وحب الاستطلاع. من حلم الأكاديمية العسكرية بالمغرب إلى واقع الهندسة بألمانيا لم يكن عماد أيت الحاج (الصورة)، ابن مدينة تيفلت، مصمماً على المجيء إلى ألمانيا عندما حصل على البكالوريا، فقد كان حلمه هو الالتحاق بالأكاديمية العسكرية بمدينة مكناس، خاصة بعدما نجح في امتحان الولوج وهيأ جميع الشروط من أجل أن يبدأ دراسته هناك، قبل أن يتخلى عن حلمه مكرهاً بسبب بعض المشاكل الشخصية، ويتوجه إلى الجامعة أينَ اختار شعبة الفيزياء. غير أن صديقاً له اقترح عليه تغيير المسار من المغرب إلى ألمانيا بعدما لم يتأقلما مع طبيعة دراسة الجامعة المغربية، ليبدأ في دراسة لغة ميركل بمعهد جوته، وبعد مدة وجيزة التحق بشعبة الهندسة المعلوماتية بمدينة بون. الصعوبات التي واجهت عماد كانت كثيرة، بدءاً بمشكل السكن، حيثُ اضطر إلى البحث لأيام طويلة عن غرفة بسيطة تأويه في مدينة تعرف أزمة حقيقية على مستوى السكن، بعدما ارتفعت بشكل كبير أسعار الإيجار، مروراً بالتعوّد على برودة الطقس في بلد تنخفض فيه درجات الحرارة إلى ما تحت الصفر، وانتهاءً بوحدته في بلد أجنبي لم يكن يعرف فيه تقريباً أي أحد. لم تؤدِ جودة الحياة الألمانية بعماد إلى نسيان فكرة العودة إلى المغرب، إلا أنه ذلك يبقى هدفاً مؤجلاً، فهو يطمح الآن إلى النجاح في دراسته ومراكمته لتجارب مهنية كبيرة، تجعله يقدم الإضافة للمغرب عندما يعود. رحلة شاقة من تارودانت إلى ماينز يعترف عصام شوقي، ابن إقليم تارودانت، بأن وجود بعض أفراد العائلة بألمانيا، كان من أكثر المحفزات التي جعلته يقرّر الانتقال إلى جامعة مدينة ماينز حيثُ يدرس حالياً، فقد قدموا له المساعدة خاصة خلال الأيام الأولى لمقامه هنا، وكان لهم الفضل في تكوينه لفكرة شاملة عن الدراسة والحياة في ألمانيا. فضلاً عن ذلك، يضيف عصام سبباً آخر لاختياره ألمانيا، ويتعلق بسهولة الحصول الطلبة على تأشيرتها مقارنة بدول أوروبية أخرى، زيادة على يقينه المسبق بجودة الحياة والدراسة في هذه البلاد. غير أن الانتقال حمل في طيّاته بعض أصناف المعاناة، ومن ذلك صعوبة اللغة الألمانية، التكاليف المادية التي صاحبت التنقل، وضرورة توفير مصاريف المعيشة المكلفة، فالرهان الأصعب في ألمانيا هو التوفيق بين الدراسة والعمل. يدرس عصام الهندسة الميكانيكية، وبالضبط تخصص تكنولوجيا السيارات، وعكس حمزة وعماد، فهو يستبعد العودة إلى المغرب:"بعد الانتهاء من دراستي، أرغب في العمل هنا لمدة طويلة من الزمن، وبعدها قد أفكر في الرجوع لبلدي رغم أنني أستبعد ذلك". في الجانب الآخر، ولتسهيل المعيش في ألمانيا، يلجأ بعض الطلبة المغاربة إلى الزواج من مواطنات ألمانيات، فمن جهة يتم التخفيض من الضرائب، ويصير بإمكان زوجين تأدية مبالغ ضريبية أقل بشكل كبير عن تلك التي يدفعها شخص واحد. ومن جهة أخرى يساعد هذا الزواج على الاستقرار النهائي بألمانيا بشكل قانوني، مادام الطالب مضطراً بعد الانتهاء من دراسته، على إيجاد عمل بأسرع وقت ممكن، أو الزواج بمواطنة ألمانية، إن أراد الاستمرار في العيش بهذا البلد. وقد التقينا برشيد، طالب مغربي قادم من مراكش، تزوج من ألمانية في سنته الثانية بالجامعة. فزيادة على استفادته من التخفيضات الضريبة وتوثيق مقامه القانوني في ألمانيا، كان الزواج عاملاً مهما في استقراره النفسي:" لو لم أتزوج، لكنت قد رجعت إلى المغرب، فقد وجدت صعوبات كبيرة في الاندماج بهذا البلد". مردفاً:" أنا مقتنع بزواجي، ولا أفكر في تطليق زوجتي بعد مدة معيّنة، لأننا نعيش بسعادة في بيتنا الصغير، خاصة وأننا متقاربان كثيراً من ناحية العمر".

طلبة مغاربة بألمانيا.. نضال يومي مع المعيش للنجاح في الحياة

Projet éolien intégré 850 MW : Ouverture à Casablanca des offres techniques de l'ONEE

Projet éolien intégré 850 MW : Ouverture à Casablanca des offres techniques de l'ONEE

L'Office national de l'electricité et de l'eau potable (ONEE) a procédé, vendredi à Casablanca, à l'ouverture des Offres Techniques relatives à l'Appel d'Offres n° SP 40311, afférent au développement, à la conception, au financement, à la construction, à l'exploitation et la maintenance du Projet éolien intégré 850 MW. Le Projet Eolien Intégré 850 MW est développé dans le cadre d'un partenariat public-privé et sera structuré suivant un schéma BOOT «Build Own Operate and Transfer». Ph : MAP - LeMatin.ma Le Projet Eolien Intégré 850 MW est développé dans le cadre d'un partenariat public-privé et sera structuré suivant un schéma BOOT «Build Own Operate and Transfer». Ph : MAP - LeMatin.ma L'ensemble des cinq soumissionnaires pré-qualifiés ont remis une offre relative à l'Intégration Industrielle qui consistera, notamment, en la mise en place au Maroc d'unités de fabrication et d'assemblage de composants d'éoliennes, tels que les tours, les pales, les nacelles, les hubs et autres équipements électriques et électroniques, indique un communiqué de l'ONEE parvenu à la MAP. Les pays auxquels appartiennent ces soumissionnaires pré-qualifiés sont le Maroc, l'Espagne, la France, le Qatar, l'Arabie Saoudite, l'Italie, l'Allemagne et le Danemark. S'agissant du financement du Projet, l'ONEE a levé des financements concessionnels, à hauteur de 385 millions d'euros et 31 millions de dollars US (soit l'équivalent de 4,5 milliards de dirhams), auprès des bailleurs de fonds comme la Banque Européenne d'Investissement (BEI, 200 millions d'euros), la Banque Allemande (KfW, 130 millions d'euros) et la Facilité d'Investissement au Voisinage de l'Union Européenne (FIV, 15 millions d'euros, alloués aux parcs éoliens de Midelt, Tanger II et Jbel Lahdid), la Banque Africaine de Développement (BAD, 40 millions d'euros), en sus des 31 millions de dollars US du Fonds de Technologie Propre (FTP) véhiculé via la BAD, dédiés au parc éolien de Tanger II. Le Projet éolien intégré 850 MW est développé dans le cadre d'un partenariat public-privé où l'ONEE, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social et la Société d'investissements énergétiques s'associeront au partenaire stratégique de référence retenu à l'issue dudit processus d'appel d'offres, et sera structuré suivant un schéma BOOT «Build Own Operate and Transfer». La même source indique que conformément au règlement de l'appel d'offres, il sera procédé, par la commission d'évaluation accompagnée des conseillers technique, juridique et financier de l'ONEE, à l'examen desdites offres techniques. A rappeler que dans le cadre de la Vision Royale de promotion des énergies renouvelables et de protection de l'environnement, en vue de faire du Maroc un pays modèle dans la région en la matière, le Programme intégré de l'énergie éolienne (PIEE) a été lancé en juin 2010 par S.M. le Roi. Ledit Programme porte sur la réalisation de plusieurs parcs éoliens afin d'atteindre à l'horizon 2020 une capacité éolienne installée au Maroc de 2000 MW. Il vise également le développement de la filière industrielle éolienne nationale qui contribuera fortement à la dynamique de développement économique et social régional, en termes de création d'emplois, de recours aux prestations notamment des PME-PMI locales et de transfert de savoir-faire. La réalisation du Programme de l'ONEE a été scindé en deux phases, la première étant le projet du parc éolien de Taza (150 MW) dont le contrat d'achat d'électricité a été signé en juillet 2013 et la seconde se composant de cinq parcs éoliens d'une capacité globale de 850 MW à savoir Midelt» 150 MW, Tiskrad (Tarfaya)» 300 MW, Tanger II» 100 MW, Jbel Lahdid (Essaouira)» 200 MW et Boujdour» 100 MW, à mettre en service entre 2016 et 2020.

Projet éolien intégré 850 MW

مجموعة صينية تستعد للاستثمار في الطاقة الشمسية بالمغرب

مجموعة صينية تستعد للاستثمار في الطاقة الشمسية بالمغرب

تستعد شركة "شنغهاي إليكتريك" الصينية لاستثمار أزيد من 2 مليار دولار، في تنفيذ مشروعات محطات توليد الطاقة باستخدام الطاقة الشمسية في المغرب خلال السنوات الخمس المقبلة. وكانت المجموعة الصينية قد أعلنت شهر يونيو الماضي حصولها على قرض مالي ضخم لتمويل مشاريع استثمارية بقيمة 16.5 مليار دولار في مجال إنتاج الطاقة الكهربائية في 7 دول عربية من ضمنها المغرب. وحصلت "شنغهاي إليكتريك"، على هذا التمويل من بنك التنمية الصيني، الذي سمح لها بتنفيذ مشروعات لتوليد حوالي 3.5 جيغا من الطاقة عبر وحدات التوليد بالطاقة الشمسية في منطقة الشرق الأوسط وشمال افريقيا. المجموعة الصينية لم تكشف بعد عن تفاصيل هذه الاستثمارات التي ستقودها في المغرب، لكنها تأتي في وقت تسعى فيه الصين لإبرام اتفاقيات مع المغرب تهم مجالات الطاقات المتجددة، والتنقيب عن النفط والغاز والتنقيب عن المعادن واستخراجها. وتخطط الشركات الصينية، التي يتبع أغلبها للقطاع العام والعاملة في قطاع الطاقة الشمسية التي يتوفر الصينيون بشأنها على خبرة كبيرة، إطلاق مشاريع في مجال توليد الطاقة عبر حقول الألواح الشمسية، فضلا عن ضخ الطاقة الشمسية. وأطلق المغرب قبل سنة و3 أشهر أشغال بناء محطة إنتاج الطاقة الشمسية بمدينة ورزازات "نور ورزازات1"، التي تعد بداية مشروع ضخم من خمس محطات ستمكن المغرب من تقليص تبعيته في مجال الطاقة، ما سيجعله أحد أهم منتجي الطاقة النظيفة بحلول العام 2020. وسيتم ضخ أول حصة من كيلوات "نور ورزازات″، التي تعد أكبر محطة في العالم بهذه المواصفات التكنولوجية، في الشبكة الكهربائية الوطنية انطلاقا من شهر غشت من العام المقبل. ويتألف المشروع من أربعة محطات، والتي ستتيح استكمال مركب الطاقة الشمسية لورزازات الذي تبلغ طاقته 500 ميغاوات. وقد تم انتقاء مجموعة من المواقع لاحتضان المشاريع المستقبلية، بما يحافظ على الدينامية المحددة في مخطط الطاقة الشمسية المغربي والمتمثلة في إنتاج 2000 ميغاوات في أفق 2020، أي 14 في المئة من حاجيات المغرب من الطاقة، علما بأن نسبة الطاقات المتجددة ستمثل 42 في المئة من مجمل استهلاك الطاقة الكهربائية. ويسعى المغرب للتقليص من فاتورته الطاقية بأزيد من 10 مليارات أورو سنويا، ويقول المسؤولون المغاربة إن الطاقات المتجددة تندرج في إطار رؤية استراتيجية وطنية تستجيب لانشغالات المغرب ليس فقط على المستوى الاقتصادي ولكن أيضا على المستوى البيئي.

مجموعة صينية تستعد للاستثمار في الطاقة الشمسية بالمغرب

Programme Forsa Maroc Les partenaires dressent un bilan positif

Les partenaires dressent un bilan positif

Au cours des 10 mois du programme, les entrepreneurs se sont immergés dans l'univers de l'entreprise grâce aux ateliers de réseautage. «Forsa Mentoring», l'initiative, lancée sous la Présidence britannique du G8, pour soutenir l'amélioration de la croissance et la création d'emplois dans le secteur privé à travers le mentorat, touche à sa fin et le bilan s'annonce positif. Au terme des 10 mois qu'a duré le programme, l'Ambassade Britannique, l'équipe Forsa incluant le Centre des Jeunes Dirigeants, Adam Smith International et la Fondation Mowgli, célèbreront ainsi la réussite du programme lors d'une cérémonie de clôture qui sera organisée le 9 septembre prochain à la Résidence de l'Ambassadeur britannique, S.E. Clive Alderton, à Rabat. En effet, les partenaires font état de 140 participants, dont 33% de femmes, ainsi que plusieurs contrats et partenariats en cours. Aussi, les entreprises bénéficiaires de mentoring ont en moyenne augmenté leur chiffre d'affaires de plus de 20%. «C'est au Maroc que l'expérience a touché le plus grand nombre d'entrepreneurs en dépassant les objectifs fixés», précisent les partenaires. «J'ai été particulièrement frappé par le talent de ces jeunes entrepreneurs et le potentiel dont bénéficie le secteur privé au Maroc. Le but de l'initiative Forsa est d'allier le talent et la créativité à l'expérience pratique, pour que les meilleures jeunes entreprises marocaines puissent continuer à se développer et à créer des emplois. Pour le Royaume-Uni, c'est une façon de plus d'apporter un soutien pratique qui ait un réel impact au Maroc», avait déclaré Alderton lors d'une précédente rencontre. Ainsi, les entrepreneurs, accompagnés tout au long du parcours par leurs mentors expérimentés, se sont immergés dans l'univers de l'entreprise et ont noué et approfondi des contacts d'affaires, grâce aux ateliers de réseautage organisés par Forsa et le CJD.

Programme Forsa Maroc

مغربي ضمن الأوائل في مسابقة لـ"غوغل"

مغربي ضمن الأوائل في مسابقة لـ"غوغل"

بعد أنْ حصَل على دبلوم بالمعهد العالي للتسيير والإعلاميات بالدار البيضاء وآخر بالديار الكندية بالمدرسة العليا للتسيير بمدينة مونتريال، اختار أكرم أدحيم، ابن مدينة الدار البيضاء، الاستقرار بالديار الكندية، وتحديدا في مدينة مونتريال. استقرار الشابّ ابن العاصمة الاقتصادية للمغرب بمدينة مونتريال الكندية، بحْثا عن آفاق أرحب وأوسع للإبحار في عالم التكنولوجيا والتسيير، بعْد أن فتحت له دبلوماته الأبواب على مصراعيها لولوج ميدان الشغل من بابه الواسع. مؤخرا شارك أكرم في مسابقة دولية نظمتها مؤسسة "غوغل" تحت عنوان "أون لاين تحدي التسويق" والتي تعتبر فرصة فريدة أمام الطلاب لتجربة وإنشاء حملات التسويق عبر الإنترنيت، شارك فيها أكثر من 65 ألفاً من الطلاب والأساتذة من حوالي 100 دولة في السنوات الستّ الماضية. وعرفت مسابقة "غوغل" لـ 2014 مشاركة 2450 فريق ينتمون لـ 64 دولة، توزعت على النحو التالي: 1144 من أوروبا، 104 من الشرق الأوسط وأفريقيا، 363 من آسيا والمحيط الهادئ، و 929 من أمريكا. الشاب المغربي أكرم أدحيم شارك ضمن فريق يمثل جامعة كيبيك بمونتريال، وتمكن من احتلال الرتبة الثالثة على صعيد القارة الأمريكية، وأنهى المسابقة من بين أفضل 20 فريق على الصعيد العالمي. فريق أكرم أدحيم مَثّل كندا في دورة 2014 التي دامت ثلاثة أسابيع تنافس المتبارون فيها 24 ساعة على 24 ساعة من أجل إدراج أفضل الوصلات الإشهارية. وأكد الشاب المغربي، أن صعوبة المسابقة تتجلى في ضرورة احترام شروط المسابقة الجد معقدة، والتي تتطلب التحليل المعمق للمنتوج، وللسوق وللمنافسة، متأسفا عن غياب المغرب في هاته المسابقة، خصوصا وأن فرقا عربية وإفريقية أحرزت نتائج إيجابية هذه السنة. وتمنى أن يدخل المغرب في السنوات القادمة غمار هذه المسابقة لتوفره على أعلى نسب الربط بالانترنيت وكدا استعمال محرك البحث "جوجل" بشكل رئيسي. أكرم أدحيم هو واحد من مؤسسي صفحة marocains du Canada على الفايسبوك، والتي تقدم خدمات هامةَ لمغاربة كندا من خلال طرح أسئلتهم وانشغالاتهم على الصفحة، ليتولى أعضاء الصفحة مهمة الإجابة على تلك الأسئلة وتزويد بعضهم البعض بمعلومات مفيدة.

مغربي ضمن الأوائل في مسابقة لـ"غوغل"

Nos réseaux de compétences

google map api v3 test 10

Demandeurs de compétences Demandeurs de compétences

Derniers inscrits Derniers inscrits

Affichage de 3 résultat(s).
76 CVs dans la CVthèque
961 Compétences marocaines inscrites