La plateforme Maghribcom La plateforme Maghribcom

Afin de faciliter l'information relative à la mobilisation des compétences marocaines à l'étranger, le Ministère Chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et des Affaires de la Migration a mis en place une plateforme Web ciblant de façon prioritaire la communauté marocaine expatriée qualifiée. Il s'agit notamment de rassembler sur la même plateforme les informations relatives aux plans et programmes nationaux en œuvre au Maroc, aux opportunités d'affaires et d'investissements, au programme de mobilisation de compétences mis en œuvre par le MCMRE en partenariat avec les différents acteurs nationaux, les pays d'accueil et les réseaux de compétences.

Cette plateforme permet également l'accès facile aux guides pratiques et aux annuaires thématiques ou géographiques élaborés par le Ministère et ses partenaires. 

Actualités Actualités

بيرو يلتقي مغاربة كندا في مونريال

بيرو يلتقي مغاربة كندا في مونريال

لعلّ لقاء وزير الهجرة أنس بيرو بأفرادٍ من الجالية المغربية المقيمة بكندا، كان الأكثر حماسا وواقعية منذ عقود؛ فبينما كانت اللقاءات السابقة مع وزراءٍ مغاربة تأخذ شكلا استعراضيا لا أقل ولا أكثر، فهاته المرة وجد بيرو في انتظاره ثلة من المغاربة مُحَمّلين بالعديد من القضايا الجدية ويأملون في تدخل الوزير للمساهمة في حلها. الموعد، يوم الجمعة الماضي، المكان، دار المغرب، المركز الثقافي بمونريال، قاعة اللقاء ممتلئة عن آخرها، بعض الحاضرين اضطروا للوقوف على الجانب أو في الخلف، بالإضافة إلى الوزير بيرو جلست عن يمينه سفيرة المغرب بأوتاوا، نزهة الشقروني، وعن شماله، المرأة الحديدية، القنصلة العامة السيدة وسن الزيلشي. تقدم أعضاء المجتمع المدني الواحد تلو الآخر لإلقاء كلمتهم، وقد حملت مداخلاتهم الكثير من الانتظارات من وزير الهجرة، وتنوعت المواضيع التي تمت إثارتها، حيث جاء على رأسها قضية الخطوط الملكية المغربية، وأسعار التذاكر التي تثقل كاهل المواطنين المغاربة المقيمين بكندا، كما تساءل آخرون عن حال دار المغرب، والأسباب التي تقف وراء إغلاقها. وقد استمع الوزير بإمعانٍ إلى مداخلات كل فرد على حدةٍ، وحضر موضوع تمويل الجمعيات المغربية بكندا بقوّة خلال اللقاء، حيثُ أكّدت القنصلة أن قضية تمويل الجمعيات تعتبر من أولى أولوياتها، مشيرة إلى أنّها عملت على دراسة لائحة الجمعيات التي كانت تتسلم مبالغ مالية من الحكومة من قبل، وتمكنت من التعرف على الجمعيات الجادة التي تسعى إلى خدمة الجالية المغربية، وأخرى تم توقيف الدعم عنها كليا. بيرو كان أكثر واقعية من سابقيه، ورد على كل التساؤلات بثقة كبيرة في النفس؛ وعلى الرغم من أن بعضا من أجوبته لم ترقَ إلى تطلعات الحاضرين كتلك المتعلقة بتذاكر الخطوط الملكية المغربية، إلا أن جوا من الارتياح ساد في نهاية اللقاء، وتفاءل الحاضرون بهذا التغيير الطارئ على لغة وزير الهجرة، حيث أن الخطاب خلَا من لغة الخشب.

بيرو يلتقي مغاربة كندا في مونريال

Maroc : Un programme pensé en faveur de l'entrepreneuriat féminin

Maroc : Un programme pensé en faveur de l'entrepreneuriat féminin

Microsoft, l'Association des femmes chefs d'entreprises du Maroc (AFEM) et Inwi lancent le programme "Cloud Startup Academy" pour venir en aide aux jeunes femmes marocaines fraîchement diplômées ou à la recherche de travail, ayant comme ambition la création de leurs propres startups. Celui-ci vise également à les accompagner dans le lancement de leurs petites entreprises innovantes s'appuyant sur la promotion des dernières technologies du cloud. 50 jeunes femmes marocaines, 50 entrepreneures Le programme en question accompagnera 50 jeunes femmes marocaines, habitant à Casablanca et ayant entre 22 et 30 ans, pendant six mois à développer leurs compétences en entreprenariat, en management et bien d'autres domaines de compétences pour réussir le lancement de leurs startups en tant que partenaire Cloud Microsoft. La Cloud Startup Academy fait partie des multiples initiatives menées par Microsoft 4Afrika, le Maroc est le 1er pays dans le monde choisi pour le lancement de ce programme. Les inscriptions se prolongent jusqu'à fin octobre sur le site du programme. Le jury qui sélectionnera les gagnantes est composé de Samir Benmakhlouf, DG de Microsoft Maroc, Mehdi Kettani, directeur de Inwi Entreprises, Laila Miyara, présidente de l'AFEM, Saadia Karam, chef de projet pour 4Afrika Business Development, Nabil Sebti, fondateur de Family Web Company et NssNss.ma, et Fahd Bennani, DG d'Iwaco

L'entrepreneuriat féminin au Maroc

Maroc/Allemagne : Un Forum économique à Casablanca, 200 participants attendus

Maroc/Allemagne : Un Forum économique à Casablanca, 200 participants attendus

En marge de la 2ème Commission Mixte Maroco-Allemande, Invest in Morocco (Agence Marocaine de Développement des Investissements, AMDI) organise en collaboration avec la Chambre Allemande de Commerce et d'Industrie au Maroc un Forum Economique qui se tiendra ce mercredi 30 septembre 2014 à Casablanca. Co-présidé par Moulay Hafid Elalamy, Ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique et Uwe Beckmeyer, Secrétaire d'Etat Parlementaire du Ministère Fédéral de l'Economie et de la Technologie, le forum verra la participation de chefs d'entreprises des 2 pays représentants différents secteurs industriels à savoir : l'Automobile, l'Amont Industriel des Energies Renouvelables, les Infrastructures et la Logistique. Le Forum réunira plus de 200 participants issus du monde économique, notamment des hommes d'affaires, des porteurs de projets, des représentants d'associations et fédérations et des institutionnels des deux pays. L'événement se déroulera autour d'une session plénière ainsi que de 3 Workshops sectoriels pendant lesquels des intervenants allemands et marocains débateront de l'avenir des relations économiques et commerciales entre les deux pays. Des rendez-vous B2B sont prévus en marge de ce forum.

Un forum économique maroco-allemand

Marocains du Monde : La BCP et l'ONNT s'allient

Marocains du Monde : La BCP et l'ONNT s'allient

En marge de la 11ème édition des Assises du Tourisme, le Président du Groupe Banque Populaire (GBP), Mohamed BENCHAABOUN, et le Directeur Général de l'Office National Marocain du Tourisme (ONMT), Abderrafia ZOUITEN, ont signé un accord de coopération cadre qui engage les 2 Institutions à mettre en commun leurs ressources et compétences afin de renforcer les actions de promotion du tourisme au Maroc auprès de la communauté des Marocains du Monde (MDM). La Banque de référence des MDM et l'ONMT conviennent, ainsi, de développer et de mettre en oeuvre un programme de promotion visant à faire du Maroc la destination touristique privilégiée de nos concitoyens résidant à l'étranger et de leurs familles. Selon les termes de l'accord-cadre conclu pour une durée de trois années, l'ONMT s'appuiera sur la proximité que le GBP a installée au fil du temps avec les MDM, notamment à travers les campagnes commerciales et de communication qu'il organise tout au long de l'année, pour entreprendre des actions communes de promotion de la destination Maroc. A noter que les 1ères actions du dispositif de promotion prévu dans le cadre de cette coopération, qui s'inscrit dans la droite ligne des directives du Roi Mohamed VI, seront déployées dès le 1er trimestre 2015 sous la forme de jeux concours en ligne et d'offres de services touristiques. Elles ambitionnent en premier lieu de renforcer davantage l'attachement de nos compatriotes résidant à l'étranger à la mère patrie.

Marocains du Monde : La BCP et l'ONNT s'allient

Une première. Startup Maroc lance Agro Challenge Morocco

Une première. Startup Maroc lance Agro Challenge Morocco

Startup Maroc lance Agro Challenge Morocco, dans le cadre d'un concours agricole international "Futur Agro Challenge'', ouvert aux startupeurs qui opèrent dans les domaines agricoles et agroalimentaires, ou simplement des entrepreneurs qui cherche à développer une idée dans le secteur. A l'initiative d'ID-GC (Industry Disruptors-Game Changers), une ONG grecque qui promeut l'entrepreneuriat, le concours aspire à primer les meilleurs projets qui "développent de nouvelles façons de faire'', dans le domaine agricole. " Tout projet ayant un input relatif au secteur est appelé à participer. Les champs sont aussi variés que la production agricole ou l'agrotourisme. On peut innover même dans le secteur agricole. Lancer le concours au Maroc est une manière de dire aux startupeurs et entrepreneurs que l'innovation ne se cantonne pas exclusivement au secteur des technologies de l'information'', souligne Redouane Dahmouni, vice-président de Startup Maroc, l'organisation derrière startup weekend, dans une déclaration à Médias24. Il fait remarquer, pour avoir côtoyé différents startupeurs nationaux durant les Startup Weekend, que rares sont les projets qui ont trait à l'innovation dans le secteur agricole au Maroc, sauf dans des régions comme Agadir. >Déroulement de la compétition Les projets seront évalués selon l'originalité du concept, sa présentation, sa capacité à créer de l'emploi, le design, le potentiel d'évolution, du marché récepteur et du développement à l'international ainsi que la force de promotion de nouvelles approches saines relatives aux habitudes alimentaires. Les inscriptions peuvent se faire via la plateforme ad hoc et seront clôturées le 11 Octobre. Suite à quoi dix projets seront présélectionnés pour présenter un pitch le 14 Octobre devant un jury spécialisé lors de la finale nationale, lequel évaluera celui qui répond le mieux aux critères. Le finaliste national est ainsi sélectionné. Le même processus se déroulera dans les 30 pays participants. Ainsi, les projets des 30 finalistes seront affichés le 15 octobre. Ensuite, le jury international va choisir 9 projets, et un processus de votes sera mis en place sur les réseaux sociaux pour compléter le Top 10 des projets destinés à briller lors de la finale internationale à Athènes du 14 au 16 Novembre. Futur Agro Challenge est une rencontre entre entrepreneurs agro-industriels, chefs d'entreprises et investisseurs qui offrent une occasion à toute idée agro-industrie notable de devenir une entreprise prospère, tout en mettant l'accent sur le secteur primaire. L'objectif de ce challenge est: - L'innovation dans les pratiques agricoles et commerciales comme la gestion de l'eau, la conservation de la production, la diversité des cultures, la gestion des déchets de post-récolte… - La mise à niveau de la formation dans des disciplines aussi variées que le leadership de l'agriculteur ou la sécurité alimentaire… - La transformation de la production agricole primaire (cultures et animaux) en solutions biologiques comme les solutions de rechange à la modification génétique… - L'innovation dans l'utilisation de produits naturels comme des traitements médicaux alternatifs et la cosmétologie, l'utilisation des herbes culinaires, de nouveaux aliments… - L'innovation relative aux modes de vie et consommation sains comme agro-tourisme ou la restauration saine… "Vu que le Maroc est un pays où l'agriculture est l'un des leviers capitaux pour son développement, Startup Maroc a saisi l'occasion pour repérer les startupeurs qui s'intéressent au secteur, les challenger, les mettre en réseau et pour créer une vrai communauté derrière'', conclut Redouane Dahmouni.

Une première. Startup Maroc lance Agro Challenge Morocco

L'artiste Ilham Laraki Omari représente le Maroc à la foire internationale d’art contemporain

L'artiste Ilham Laraki Omari représente le Maroc à la foire internationale d'art contemporain

Les «Vibrations» de l'artiste peintre marocaine Ilham Laraki Omari représenteront le Maroc, à la foire internationale d'art contemporain que se tiendra, du 26 au 28 septembre 2014, au Parc des expositions à Bordeaux. L'artiste Ilham Laraki Omari représente le Maroc à la foire internationale d'art contemporain L'art contemporain marocain aura sa place cette année à la foire internationale d'art contemporain que se tiendra, du 26 au 28 septembre 2014, au Parc des expositions à Bordeaux, en France. L'artiste peintre marocaine Ilham Laraki Omari et ses «Vibrations» représenteront le Maroc lors de ce véritable événement qui expose le meilleur de l'art contemporain mondial dans la capitale du Sud-Ouest. Une artiste marocaine, une passion qui grandit Ilham Laraki Omari est originaire de Casablanca. Très jeune, elle découvre sa passion pour la danse et la musique. Après des études supérieures en gestion, elle crée son propre atelier de création graphique. Son penchant pour l'art l'amène à entamer par la suite un cursus académique pour acquérir les techniques nécessaires et parfaire sa formation dans ce domaine. Plusieurs années de formation de dessin et de peinture, lui permettront d'approcher l'art dans ses multiples facettes, faire des rencontres, des échanges et se consacrer alors complètement à sa passion. A son actif, plusieurs expositions individuelles et collectives un peu partout au Maroc et à l'étranger notamment en France, Russie, Égypte, Uruguay, Italie, Hongrie, Arabie Saoudite et en Turquie où elle a obtenu la première mention honorable lors d'une exposition internationale à Istanbul.

L'artiste Ilham Laraki Omari représente le Maroc à la foire internationale d'art contemporain

علالي.. مغربي يطارد جُزيئَاتٍ معقّدة لفهم تطوّر الخلايا بكندا

علالي.. مغربي يطارد جُزيئَاتٍ معقّدة لفهم تطوّر الخلايا بكندا

داء السرطان من الأمراض الفتاكة التي أودت بحياة الملايين، ولا زال بعض أصنافه يستعصي على أمهر الأطباء في العالم، وتَصرف هيئات دولية ملايير الدولارات للدفع بالبحث العلمي في اتجاه إيجاد أنجع الأدوية لداء السرطان. ومن هذه الهيئات مؤسسة SGC العلمية، فرْعُ جامعة تورونتو، والتي تتوفّر على فرع آخر بجامعة أوكسفود البريطانية، وتتخصص في اكتشاف العقاقير الطبية في مجال الوراثة اللاجينية (Epigenetics) بشراكة مع أكبر مؤسسات صناعة الأدوية في العالم، ويترأس بها الخبير المغربي، عبد الله علالي الحسني فريق بحثٍ علمي. ابن مدينة مكناس من مواليد سنة 1966، بعد أن تحصل على الإجازة في العلوم البيولوجية سنة 1990، واجهته أزمة الشغل بالمغرب ليقرر السفر إلى إسبانيا لمتابعة دراساته العليا، حيث تحصل على شهادة الدكتوراه في البيوكيمياء بامتياز سنة 1997. وكان حلم عبد الله علالي الحسني، آنذاك، العودة إلى أحضان الوطن للعمل في قطاع التعليم الجامعي والبحث العلمي، إلا أن كل طلبات البحث عن العمل التي تقدّم بها باءت بالفشل، ليخوض تجربة عمل في المختبر العلمي ببرشلونة دامت سنة، في انتظار فرصة تمنح له داخل المغرب. أمام هذا الأفق المغلق في سوق التشغيل بالمغرب، وبعد دخوله قفص الزوجية، شدَّ عبد الله الرحال إلى الولايات الأمريكية المتحدة، في رحلة بحثٍ عن مزيد من التعليم ووقع اختيارهُ على جامعة Perdue university بمدينة لافاييت بولاية إنديانا حيث قضى بها ثلاث سنواتِ دراساتِ ما فوق الدكتوراه، بهدف تعميق التجربة في ميدان البحث العلمي الهادف إلى اكتشاف أدوية جديدة لمعالجة أمراض مزمنة من بينها السرطان. سنة 2001، سيتحصل عبد الله (أقصى يمين الصورة) على شهادة عليا من جامعة لافاييت، ليلتحق بمختبر في جامعة "ماك ماستر" بمدينة هاميلتون الكندية، حيث قضى به أربع سنوات يشتغل في ميدان البحث العلمي المتخصص في اكتشاف مضادات حيوية جديدة، والتي لا يمكن للمريض اقتناؤها إلا بترخيص من الطبيب الذي يأمر بها كحل أخير في التطبيب. ويتأسف عبد الله في حديثه لهسبريس بشكل كبير لكون المضادات الحيوية في المغرب يتم شراؤها من الصيدليات كما يشتري المواطنون المواد الغذائية، ويشير الخبير المغربي إلى أن الإفراط في استعمال المضادات الحيوية، وكذا عدم إكمال استعمالها تكون له عواقب وخيمة، بحيث أن البكتيريا تقاوم هاته الأدوية مما قد يلحق الأذى بصحة المريض أو الموت في بعض الأحيان. سنة 2005 التحق عبد الله بجامعة تورونتو، ليترأس بها فريق بحث علمي في واحدة من أكبر المؤسسات العالمية للبحث العلمي، وشركات صنع الأدوية، مثل SGC)Structural Genomic Consortium)، التي تعمل بشراكة مع أكبر المؤسسات العالمي للبحث العلمي كـ: GSK, Pfizer, J&J, Novartis, Takeda, BI ومؤسسات أخرى، وتتكون فرقة العمل التي يرأسها المغربي عبد الله علالي الحسني من دكاترة وتقنيين يقومون بتجارب علمية في إطار مشاريع تهدف إلى اكتشاف أدوية تستهدف بعض البروتينات المسببة لبعض أمراض السرطان. ويقول الخبير المغربي إنه خلال العشر سنوات الأخيرة، اتضح أن بروتينات لم تكن معروفة من قبل هي التي تتسبب في أغلب حالات السرطان، وتسمى Epigenetic proteins. ويبلغ عدد المنشورات العلمية للخبير المغربي عبد الله علالي الحسني حوالي 50 إصدارا، تم نشرها في أكبر المجلات العلمية العالمية كمجلة Science ومجلة Nature، ومجلة PNAS، حيث تساهم أبحاثه في دفع عجلة التقدم العلمي من خلال اطلاع خبراء دوليين عليها وتمكينهم من استعمال نتائجها في أبحاثهم المستقبلية. ونظرا لخبرته الكبيرة في ميدان البحث العلمي، ومكانته المشرّفة بإحدى أشهر الجامعات العالمية، يتم استدعاؤه باستمرار لحضور مؤتمرات علمية دولية في أمريكا، إنجلترا، فرنسا، إسبانيا ودول أخرى. وعن سؤال حول إمكانية نقل خبرته إلى وطنه الأصلي المغرب، يرد بكل تواضع، ليست الخبرة ما ينقص المغاربة، ففي أكبر المختبرات العلمية العالمية تجد على الأقل مغربيا واحدا يشتغل بها إن لم يكن رئيس فريق، المشكلة في هذا المجال تتعلق بالتمويل، فالميزانيات التي يتم رصدها للبحث العلمي تقدر بالملايير، أما المغرب فقد تتطورت فيه الأبحاث التطبيقية لصناعات خاصة به كالفلاحة مثلا أو أمراض تخص القارة السمراء. وتصبّ اهتمامات الخبير المغربي في الوقت الراهن في اتجاه استكشاف جُزيْئات صغيرة لإبطال عمل بعض الانزيمات التي تعمل لإضافة المَثيلة للهستونات و الحمض النووي (DNA and Histone methylation )، حيث يتم إلحاق مجموعات الميثيل إلى مواقع مختلفة على طول اللولب المزدوج للسيطرة على نشاط جينات معينة. ويقول الخبير المغربي بلُغة علمية معقّدة أنّ المثيلة تؤثر على الهستونات، والبروتينات الشبيهة بالبكرة التى يلتفّ حولها الحمض النووي بإحكام داخل النواة، حيث تساعد التعديلات الكيميائية في السيطرة عندما ينفتح المركب المسمى "كروماتين" ـ حمض نووي وبروتين ـ ما يُمكّن من قراءة التعليمات الوراثية. ويضيف أنَّ معرفة متى وكيف تحصل مثل هذه التغييرات الجينية ـ أو تتلف- أصبح جزءًا أساسيًّا من جهود العلماء لفهم التطور الطبيعي للخلايا، وتطورها إلى سرطان وأمراض أخرى. ومن البرامج العلمية التي ترتكز عليها بحوث الخبير العالم المغربي البحث عن عائلة بروتينات، تسمى "هيستون ميثيلترانسفيراسز"، وتعمل هذه المعُدِّلات الوراثية اللاجينىة على الهيستونات بتحفيز نقل مجموعات الميثيل إلى مواقع معينة في البروتين. ويقول إنّه يعتقد بوجود ما لا يقل عن 20 من تلك الإنزيمات التي هي أهداف ذات قيمة عالية للسرطانات البشرية. لقاؤنا مع الخبير المغربي كان بعد مشاركته في مباراة كرة القدم التي يمارسها بشكل منظم داخل الجمعية الكندية المغربية للتنمية الرياضية، والتي تجمع ثلة من المغاربة الذين أبلوا البلاء الحسن في حياتهم المهنية بكندا. مغاربة لم تمنعهم التزاماتهم المهنية من الإبقاء على أواصر المحبة الأخوية التي تتيح لهم ولأهاليهم الحفاظ على الطابع المغربي الأصيل الخالي من أي تجبر أو رغبة في الاستغلال كما هو مستشري في مدن كندية أخرى؛ وستكون لنا عودة مع مغاربة آخرين من مدينة تورونتو يحق لنا أن نفخر بهم في عالم السياسة والتعليم والمال الأعمال.

علالي.. مغربي يطارد جُزيئَاتٍ معقّدة لفهم تطوّر الخلايا بكندا

Classement : Un Marocain dans le top 10 des "leaders économiques Africains de demain"

Classement : Un Marocain dans le top 10 des "leaders économiques Africains de demain"

L'Institut français Choiseul vient de publier, le Choiseul 100 Africa, un classement de jeunes africains aux dents longues intitulé : ‘‘les leaders économiques de demain''. Le classement est présenté par ses auteurs comme la 1ère étude annuelle ‘‘inédite'' en la matière. Les candidats retenus devaient répondre à 3 critères : avoir la nationalité de l'un des 54 Etats africains, être âgé de 40 ans au moins au 1er janvier 2014 et avoir une contribution active dans le développement de l'Afrique.

"Leaders économiques Africains de demain"

Un médecin marocain crée l’événement à Gaza : « C’est comme “URGENCES”, mais en vrai »

Un médecin marocain crée l'événement à Gaza

Zouhair Lahna est obstétricien, d'origine marocaine, exerçant à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis. Cet été, pendant l'opération Bordure protectrice de l'armée israélienne, il est allé à Gaza soigner les victimes de bombardements. Cet été, pendant l'offensive israélienne, on a vu plein d'images provenant des hôpitaux de Gaza. Celles de cadavres, de familles désespérées à la recherche d'un abri sûr ou même de bébés qui naissent. Le docteur Zouhair Lahna, 48 ans, était au milieu de tout ça. Chirurgien obstétricien à l'hôpital La Roseraie à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), il a décidé en juillet d'aller donner un coup de main à ses confrères palestiniens. En catimini : « Au départ, ma famille n'était pas au courant. Je ne l'ai prévenue qu'une fois sur place. Peut-être que je n'aurais pas pu la convaincre. » 51 jours en tout, à vivre le conflit de l'intérieur et à s'improviser médecin de guerre. Dans une vidéo tournée il y a quelques semaines, il résumait son expérience ainsi : « C'est comme "Urgences", mais en vrai. » Ça, ce n'était qu'un hors-d'œuvre Au Maroc, d'où il est originaire, il arrive que sa maman croise un docteur qui était dans la même promo que lui et qui, aujourd'hui, se la coule douce. Grosse voiture, belle maison et vie pépère : ça ne l'aurait pas du tout dérangée que son fils fasse les mêmes choix. Seulement, lui est dans un trip radicalement différent. Zouhair, médecin de banlieue, aime prendre son sac et se barrer à l'autre bout du monde. L'Afghanistan, le Congo, l'Ethiopie, la Libye : depuis 1998, il s'engage dans des missions humanitaires auprès d'associations et d'ONG. En août, il devait donner une formation de chirurgie obstétrique aux médecins de Gaza, où il s'était déjà rendu en 2009. Alors que l'armée israélienne déclenche son offensive contre le Hamas début juillet, il avance son voyage et rejoint une association de médecins palestiniens. Il arrive à Gaza le 13 juillet, via l'Egypte. Première gifle à son arrivée à l'hôpital européen de Gaza, où il fait une première escale. Devant lui, il voit passer un corps coupé en deux, deux autres cadavres et une gamine mal en point qu'il aidera à sauver : « Ça, ce n'était qu'un hors-d'œuvre. » D'habitude, quand il est en mission humanitaire, il n'est pas autant exposé. Il est loin des hostilités ou bien il arrive après le conflit pour prodiguer soins et conseils en gynéco, sa discipline. Là, c'était différent : « On entendait les missiles tomber, on voyait les dégâts et les victimes qu'ils faisaient, en se disant que les prochains étaient aussi peut être pour nous. » « Ce soir, j'ai envie de pleurer » Il entre un peu plus dans le vif de sujet à son arrivée à l'hôpital Al Shifa, où il passera la majeure partie de son séjour. Recevoir d'un coup des centaines de victimes de bombardements – parfois déjà mortes à leur arrivée au bloc opératoire –, faire le tri entre celles qui peuvent s'en sortir et celles déjà condamnées, amputer, regarder les autorités faire le décompte morbide des cadavres. S'endurcir : « [Parmi les images que je garde de Gaza] il y a cette fille de 4 ans morte sur la table d'opération. Immédiatement, elle a été mise dans un machin en plastique. Je suis père de famille, forcément ça m'a fait quelque chose. Je n'étais pas préparé à ça, mais il a fallu s'adapter. » Pas de grosses galères de matériel ni de main-d'œuvre dans les souvenirs de Zouhair, plutôt de l'usure à force de voir défiler les morts et de devoir être toujours sur le qui-vive. La première fois qu'il se met à écrire quelques notes sur son ordinateur – une sorte de carnet de bord –, ça commence comme ça : « Ce soir, j'ai envie de pleurer. » A Gaza, il a d'abord vécu dans un hôtel. Puis, après l'offensive terrestre, on lui a aménagé une chambre dans un service désaffecté de l'hôpital Al Shifa. Un bon plan, car quand bien même l'établissement a été bombardé (Israël parle d'une attaque ratée du Hamas), celui-ci restait l'endroit le plus sûr. Le plus confortable aussi. Eau, électricité, nourriture : « Autant de privilèges que n'avaient pas les habitants lambdas qui à l'extérieur, sont à nu. Ce sont eux les héros : pour sauver leur peau et celle des leurs, ils ont dû prendre des décisions terribles. Sortir ou ne pas sortir, s'enfuir ou ne pas s'enfuir... » Rechercher les âmes Le 20 juillet, l'armée israélienne a visé le quartier de Chajaya. Bilan, 140 morts et un afflux massif de blessés à Al Shifa : « Dans cette atmosphère, on a l'impression d'être celui qui recherche les âmes dans les corps. Sont-elles encore là ou déjà parties ? » Il a dû rassembler tous ses souvenirs de chirurgie générale : « Il n'y a pas de spécialité "médecin de guerre" à l'école. Pansements, points de suture, barrages de plaies, pose de voies : j'ai utilisé des choses que j'ai apprises il y a vingt ans mais qui, finalement, ne s'oublient pas. » Des corps de gamins alignés et de l'application des médecins, désireux de sauver tout le monde : « Au bloc opératoire, il pouvait y avoir six médecins et quatre infirmiers sur le même blessé. Chacun est là pour apporter ses compétences parce que les blessures se situaient souvent à plusieurs endroits [...]. Le fait de travailler collectivement décharge d'une pression, celle d'être seul responsable de la vie d'un être humain. » Pas un héros, un humaniste 51 jours, c'est long. La fatigue physique, la colère – « On se demande pourquoi personne n'intervient pour faire arrêter les morts » –, l'usure psychologique. A certains moments, il raconte tout ça comme un voyage spirituel : « Mon rapport au destin et à la mort a changé. Une expérience comme celle-ci permet de relativiser pas mal de choses. Et d'apprendre à se contenter de peu. » Pour pas mal de gens, Zouhair est un héros. Au Maroc, où il est parti passer quelques jours de vacances juste après avoir quitté Gaza, il a donné plusieurs conférences. Là-bas, certains de ses proches ont découvert son engagement après l'avoir vu sur la chaîne de télé Al Jazeera : « Un parti politique m'a même approché. J'ai tout de suite refusé. » En France, il est aussi pas mal sollicité. C'est le docteur parfait, qui plaît à certaines associations militantes dont il ne refuse pas les invitations. Il sourit : « Je suis trop vieux pour être récupéré. Et je suis un homme libre. » Son voisin du dessus dans l'immeuble où il vit Paris l'a vu dans les médias : « Il me voit pas comme un héros, mais comme un humaniste. Avant, il trouvait que mes enfants l'embêtaient un peu, qu'ils faisaient du bruit, mais maintenant il n'y a plus aucun problème [rires]. On éprouve toujours de la sympathie pour celui qui s'occupe des faibles. » A Gaza, on ne se fait pas d'illusions A son retour, certains au boulot l'ont snobé. Rien de méchant, juste un petit vent au moment de dire bonjour. Le conflit israélo-palestinien en France est clivant. Ainsi, c'est souvent une histoire de camp, genre « si tu n'es pas avec moi, tu es contre moi » : « Je ne suis pas du tout pro-Hamas et je ne suis pas un militant politique. Ce qui est frappant, c'est que souvent, certains essayent de classer le musulman qui s'engage du côté du soi-disant méchant. » S'il réfute d'être accro à l'adrénaline et nie en rigolant quand on lui demande « s'il a pris la grosse tête » depuis son retour de Gaza, ses 51 jours là-bas l'ont quand même dopé. Il parle de créer sa propre ONG, de consacrer la majeure partie de son temps à l'humanitaire et de se rendre en Syrie en mode docteur-enquêteur. Car cette posture d'être un peu dans les coulisses des conflits et de les raconter comme un géopoliticien lui plaît : « Je ne saisis les situations complexes que lorsque je me rends sur place. » Les notes qu'il a prises à Gaza donneront peut-être lieu à un petit bouquin. « Pour que les gens n'oublient pas. » Il est pessimiste. Même un peu cynique : « Je déconseille aux Gazaouis d'investir leurs économies dans une belle maison là-bas. »

Un médecin marocain crée l'événement à Gaza

Lubna Azabal signe une prestation époustouflante dans la série britannique "The Honourable Woman"

Lubna Azabal une actrice maroco-belge qui a brillé dans "The Honourable Woman"

Traiter du conflit palestino-israélien sans tomber dans la caricature cinglante et sans jeter de l'huile sur un feu déjà vif, voilà un pari audacieux, tenté et réussi par la chaîne britannique BBC, à travers sa nouvelle mini-série «The Honourable Woman » (La femme honorable). Une série noire, superbement mise en scène et dont les éloges pleuvent de toute part, dans la presse anglaise. Le nom de la fameuse actrice maroco-belge, Lubna Azabal revient constamment dans ce concert de louanges distribuées par la presse britannique. Lubna interprète, dans ladite série, le rôle de « Atika Halibi » qui « est une étrange nanny palestinienne au service de la richissime famille Stein dont la fortune doit beaucoup aux ventes d'armes à Israël. L'idéaliste Nessa Stein, interprétée par l'actrice américaine Maggie Gyllenhaal, tente d'utiliser cette fortune dans des projets de réconciliation. Elle est donc cette honorable femme " qui donne le titre à la mini-série, mais, en voyant Atika Halibi en action, une question s'introduit dans notre esprit. N'est-elle pas aussi une autre honorable femme?», rapporte le journal français Le Point. Dans un entretien accordé audit journal, Lubna Azabal a indiqué que c'est bien le réalisateur Hugo Blick qui est à l'origine de sa participation à cette série. « C'est lui qui a pensé à moi. Il m'avait vue bien sûr dans le film « Incendies », mais aussi dans d'autres films. Je n'ai pas fait d'essais puisque visiblement il pensait à moi depuis le début pour ce rôle. On a beaucoup parlé, car il tenait à m'expliquer sa vision du personnage d'Atika. Dès le début de la lecture du scénario, je n'ai pas pu m'arrêter... », a-t-elle dit. Et de poursuivre: « Quand j'ai lu le scénario, je l'ai trouvé d'une intelligence absolue. C'était comme un vaste jeu d'échecs dont les pions auraient été vivants. C'est un thriller politique très bien mené, d'une intelligence extraordinaire. Le personnage d'Atika est une traductrice-nanny palestinienne qui vit dans une famille anglo-israélienne. L'intrigue se développe autour d'êtres humains pris dans les filets de la politique internationale. Et mon personnage prend de l'ampleur au fur et à mesure des épisodes, par touches de plus en plus nettes. Hugo Blick m'avait expliqué qu'il cherchait une actrice pouvant exprimer plusieurs "couleurs", plusieurs gammes d'émotions dans le film. Comme Atika est un quadruple agent, il fallait pouvoir jouer tout en suggérant, en effleurant un mystère, une tension, mais sans les dévoiler ». Questionnée sur la façon frontale dont la série aborde la situation au Proche-Orient, Lubna a affirmé que pour tout ce qui est politique, «il y a un parti pris nuancé toutefois». «Je n'irai pas jusqu' à dire comme le Time que, pour comprendre le Moyen-Orient, cette série est la solution (rires). C'est un point de vue scénarisé sur une situation compliquée, mais cette série a le mérite d'éclairer de façon originale cette situation, sans manichéisme. D'un point de vue purement fictionnel, dans la narration et le suspense, avec une intrigue à tiroirs, où rien n'est ce qu'on croit et tout est faux semblant, c'est une excellente série et je suis heureuse qu'on ait pensé à moi pour ce rôle », s'est-elle longuement expliquée. A propos de la façon de construire le personnage, et si elle était tenue au script ou avait apporté des éléments plus personnels, Lubna Azabal a affirmé sans ambages qu'elle connaît assez bien la situation au Moyen-Orient mais qu'elle ne s'est effectivement basée que sur le script. « Avec ce genre d'intrigue, c'est très simple, il ne faut jamais jouer ce qu'on ne vous demande pas. Atika est la nanny de la famille Stein ; il ne fallait pas la jouer : "Attention, je suis une nanny mais je ne suis pas que nanny" (rires); cela aurait été tracer le personnage en traits trop grossiers. Donc il fallait un jeu au premier degré et en même temps trouver la nuance», a-t-elle déclaré, tout en soulignant qu'elle voulait absolument éviter de jouer la «traitresse» palestinienne. «Il était hors de question de tomber dans un manichéisme ridicule», explique-t-elle. Et d'ajouter: « Atika est aussi une femme de valeurs, car elle ne fait pas les choses par vengeance ou par haine irraisonnée des Israéliens mais parce qu'elle a ce rêve absolu d'une liberté et d'un Etat pour son peuple. Il fallait jouer sur deux niveaux : un personnage intime de la famille Stein qui disait les choses quand il le fallait et puis aussi ce cheminement vers le but de sa vie, un Etat viable pour son peuple. C'était un équilibre à garder en tête durant toutes les scènes». Interrogée ensuite sur la difficulté de travailler à la fois en anglais et en arabe, l'actrice a affirmé qu'elle parle anglais, mais ce n'est pas sa langue maternelle, ce qui lui a demandé de la pratique pour éviter tout parisianisme dans la prononciation. «En même temps on ne me demandait pas d'avoir un anglais d'Oxford puisque je suis palestinienne dans la série. Pour l'arabe, ça a été un peu plus difficile puisque je ne le parle pas. J'ai dû apprendre toutes les répliques phonétiquement, avec un coach yéménite, pour avoir la bonne intonation moyen-orientale », raconte-t-elle. Quant à ses projets d'avenir, Lubna a assuré qu'elle vient de réaliser un court métrage pour Prada, avec Miou-Miou et qu'elle va enchaîner avec le film du réalisateur turc Cemil Sena Kaput. «Ce sera un pur film d'auteur, futuriste. Je joue une généticienne qui s'appelle Béatrice, et là, ça ne pose aucun problème (rires). Je vais faire aussi un premier film d'un tout jeune réalisateur tunisien qui parle du début du Printemps arabe et dont le titre est «On a dégagé Ben Ali», a-t-elle conclu.

"The Honourable Woman"

Tanger est à l'honneur à Paris

Le rayonnement de Tanger à Paris

« L'Automne Marocain à Paris » va bientôt envahir deux lieux prestigieux de la culture dans la capitale française. En attendant c'est la ville du Détroit qui est à l'honneur d'une manifestation culturelle intitulée « Tanger Tanger », qui se déroulera du 25 au 28 septembre à l'espace culturel « La Gaîté Lyrique ». Si « L'Automne Marocain à Paris » porte sur un ensemble d'expositions et rendez-vous culturels dédiés au Maroc, « Tanger Tanger » met les projecteurs sur les lieux emblématiques de la cité du Détroit, la Cinémathèque et le Grand Socco, la Librairie des Colonnes, les Insolites, le Salon bleu et les Fils du Détroit au cœur de la Kasbah… et sur la vocation de la ville en tant que lieu mythique de rencontre et de création et sur les performances de plusieurs artistes tangérois. La rencontre propose de porter des regards croisés entre Tanger et le reste du monde, mais aussi entre ses mythes et son actualité la plus contemporaine. La ville de Paris en partenariat avec l'Institut français, organisateurs de l'événement. Ces derniers ne manquent pas de rappeler que la ville du Détroit a été l'objet de fascination pour William Burroughs, Roland Barthes, Marguerite Yourcenar, Keith Richards, Jim Jarmush ou encore Jean Genet, qui y ont résidé, travaillé ou l'ont parcourue pendant une période de leur vie. »Avec l'Occident à portée de vue, Tanger occupe une place à part au Maroc et son atmosphère indescriptible est une source d'inspiration pour les artistes du monde entier », notent encore les organisateurs. Au programme, des installations, des projections, des rencontres, des ateliers, les expositions des artistes photographes tangérois Abdelmohcine Nakari, Bilal Touzani, Nora Houguenade et Said Afifi, ainsi qu'une réalisation sonore du collectif Soundwalk, passé maître dans l'art de collecter et recomposer des sons du monde entier pour engager le public dans un voyage sonore contemplatif. La musique ne sera pas en reste avec des performances de Bachir Attar et son groupe perpétuant la tradition musicale Jahjouka, qui a séduit, entre autres, Paul Bowles, Brian Jones, les Rolling Stones, Patti Smith et John Zorn, ainsi que du rappeur tangérois Sayf El Hak et du groupe de musique gnaouie du maâlem Rida Stitou. Rappelons que Paris abritera en octobre prochain deux événements culturels majeurs sur le Maroc, avec d'une part sous la pyramide du Musée du Louvre, une exposition (17 octobre 2014 au 19 janvier 2015) intitulée « Le Maroc médiéval. Un empire de l'Afrique à l'Espagne », qui permettra d'appréhender la longue et riche histoire du Maroc entre les XIe au XVe siècles, clef de compréhension du Maroc contemporain et source de sa modernité. D'autre part et pratiquement aux mêmes dates (15 octobre 2014 au 25 janvier 2015), c'est un autre haut lieu parisien de la culture qui portera haut le flambeau des artistes marocains et de la Nayda marocaine avec une grande manifestation consacrée au Maroc contemporain cette fois à l'Institut du Monde Arabe.

« L'Automne Marocain à Paris »

Morocco Solar Festival Ouarzazate célèbre le soleil et le développement durable

Morocco Solar Festival Ouarzazate célèbre le soleil et le développement durable

Sciences, art, innovation et découverte sont au menu de ce festival au programme multidisciplinaire, qui se déroule sur le désert marocain. Ouarzazate, capitale du cinéma au Maroc, devient aujourd'hui la capitale de l'énergie solaire. Ainsi après la mise en place du grand projet «Noor», l'une des plus grandes centrales solaires au monde, la ville va accueillir du 17 au 19 octobre prochain, le premier Morocco Solar Festival, un événement dédié au soleil et au développement durable des zones désertiques, sous le thème : «L'or est dans le ciel». Reliant les aspects artistique, ludique, touristique, pédagogique et technologique, cet événement, ouvert au grand public, se veut comme une promenade festive de la connaissance à la rencontre du soleil. Cette première édition sera articulée autour de trois pôles : Science et Technologie, Connaissance et Découverte, Art et Culture. Démonstrations, records, projections, remises de prix, conférences, activités ludiques pour les enfants… sont à l'ordre du jour. «Un programme multidisciplinaire où convergent sciences, art, innovation et découverte. Il se déroule en outdoor, dans le cadre exceptionnel du désert marocain, qui représente la plus belle vitrine au monde pour illustrer et célébrer le soleil dans toutes ses dimensions», explique-t-on auprès des organisateurs.

Morocco Solar Festival Ouarzazate célèbre le soleil et le développement durable

Video Deux films sur les femmes marocaines au parlement européen

Deux réalisatrices marocaines Houda Lakhdar et Mahassine El Hachadi au parlement européen

" Zahra " et " Apnée ", deux courts-métrages réalisés par les deux jeunes réalisatrices marocaines Houda Lakhdar et Mahassine El Hachadi, seront projetés, mercredi, au siège du Parlement européen à Bruxelles. Deux films sur les femmes marocaines au parlement européen " Zahra " et " Apnée ", deux courts-métrages ayant mis en scène la situation de la femme marocaine et l'évolution de ses conditions, seront projetés aujourd'hui au siège du Parlement européen à Bruxelles, à l'initiative de l'euro-députée belge Marie Arena et de la mission du Maroc auprès de l'Union européenne. Ces deux films réalisés par deux jeunes réalisatrices marocaines, Houda Lakhdar et Mahassine El Hachadi, participeront également aux côtés de deux autres courts-métrages marocains; "Comment j'ai tué mon père" (15 minutes) de Sofia Aissaoui et "La Kafala" de Nisrine Adam (16 minutes), à la 7e édition du festival du film de femmes « Elles tournent », qui se tiendra du 25 au 28 septembre à Bruxelles, en Belgique. Le festival "Elles Tournent" promeut et valorise le travail des femmes dans le monde artistique et culturel en général et tout particulièrement le secteur audiovisuel et multimédia. Dans ce but, l'association organisatrice développe des activités telles que la création et l'animation d'événements socioculturels, de festivals, d'expositions, d'ateliers, de conférences, de représentations artistiques.

Deux réalisatrices marocaines au parlement européen

Conférence à Marseille sur la mobilité internationale des Marocains du monde

Conférence à Marseille sur la mobilité internationale des Marocains du monde

«La mobilité internationale des Marocains du monde et les enjeux pour le développement du Maroc», est le thème d'une conférence-débat qui aura lieu vendredi prochain à Marseille. Organisée par la revue «Hommes & Migrations» et l'Association «Migrations & développement», en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) et le Consulat général du Maroc à Marseille, cette conférence réunira tous ceux qui se sentent solidaires et concernés pour une meilleure compréhension des enjeux du développement du Maroc et de l'intégration en France. «La mobilité internationale des Marocains du monde et les enjeux pour le développement du Maroc», est le thème d'une conférence-débat qui aura lieu vendredi prochain à Marseille. Organisée par la revue «Hommes & Migrations» et l'Association «Migrations & développement», en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) et le Consulat général du Maroc à Marseille, cette conférence réunira tous ceux qui se sentent solidaires et concernés pour une meilleure compréhension des enjeux du développement du Maroc et de l'intégration en France.

Conférence à Marseille sur la mobilité internationale des Marocains du monde

LITTÉRATURE: DEUX MAROCAINS NOMINÉS POUR LE PRIX CHEIKH ZAYED

Le Prix CHEIKH ZAYED décerné à deux marocains

Deux jeunes écrivains marocains sont dans la course finale pour le prix Cheikh Zayed. Said Laouadi et Fouad Ben Ahmed pourraient chacun remporter une coquette somme dépassant le million de dirhams. Deux jeunes écrivains marocains figurent sur la liste finale des prétendants au Prix Cheikh Zayed du livre. Selon « The National », le principal journal anglophone des Emirats Arabes Unis, dans son édition du 21 septembre, il s'agit de Said Laouadi et Fouad Ben Ahmed qui concourent dans la catégorie des jeunes auteurs (moins de 40 ans). Ils ont été sélectionnés sur une liste fermée comprenant six autres jeunes auteurs: deux saoudiens, deux égyptiens et autant de libanais. Le gagnant dans cette catégorie, comme d'ailleurs dans les sept autres, aura droit à plusieurs prix dont le principal, sonnant et trébuchant, de l'ordre de 750.000 DH émiratis (Un dirham émirati équivaut à 2.3 de nos dirhams). Le prix Cheikh Zayed (Sheikh Zayed book award) est organisé chaque année par l'autorité chargée du Tourisme et de la culture à Abou Dhabi, sous la présidence du prince Cheikh Zayed Ibn Tahnoon Al Nahyane. La valeur globale des récompenses décernées est de l'ordre de 7 millions de dirhams émiratis.

Le Prix CHEIKH ZAYED décerné à deux marocains

Secteur de la santé Une étudiante marocaine distinguée en Suisse

Secteur de la santé Une étudiante marocaine distinguée en Suisse

Nadia Erraji a remporté, avec son équipe, la BioCamp Competition pour l'édition 2014, qui a eu lieu au siège de Novartis à Bâle. Parmi eux, deux jeunes marocains : Nadia Erraji, lauréate de l'ENCG Kenitra et de l'ISCAE, préparant actuellement un Master en finance à Rouen dans le cadre du programme Erasmus ; et Mohamed Mounir, fraîchement diplômé en Biotechnologie de l'Université Al Akhawayn. Les deux jeunes candidats ont ainsi pu rencontrer des experts en biotechnologie, des spécialistes du monde de l'entreprise ainsi que les membres du Directoire de Novartis et ont eu la possibilité de prendre part aux discussions dans un environnement d'apprentissage pour des managers de demain. Les participants au BioCamp, répartis en plusieurs groupes de travail, ont aussi présenté leurs projets respectifs devant un jury composé d'experts internationaux. Celui-ci a ainsi désigné trois étudiants et une équipe comme lauréats, en tenant compte de leur contribution, des résultats qu'ils ont obtenus ainsi que de leur capacité à diriger et à travailler en équipe. Au final, c'est Nadia Erraji et son équipe a remporté la «BioCamp Competition» pour cette édition 2014. Pour rappel, le programme du BioCamp a été conçu pour aider les étudiants les plus brillants de divers horizons, à comprendre les tendances et les défis qui prévalent dans les secteurs des biotechnologies et des sciences de la vie tout en leur offrant une expérience directe de création et de gestion d'une société biotechnologique. Il est à noter aussi que suite à l'appel à candidature lancé par Novartis à l'échelle nationale, 40 CV et lettres de motivation ont été reçus par le jury marocain, qui a présélectionné 15 candidats, avant de retenir cinq dossiers et les transmettre à Bâle.

Nadia Erraji une marocaine distinguée en Suisse

Entretien avec Mouna Deme Dia, une Sénégalais d’origine marocaine

Entretien avec Mouna Deme Dia, une Sénégalais d'origine marocaine

Depuis le 19ème siècle, Le Sénégal est l'une des destinations préférées des Marocains. Actuellement, ils sont nombreux à y résider de manière permanente, en tant que Sénégalais d'origine marocaine. Pour en savoir plus sur eux, nous avons rencontré Mouna Deme Dia, présidente de l'Association des Sénégalais d'origine marocaine ASSOM, créée en 2009, afin de contribuer au renforcement des liens culturels entre le Sénégal et le Maroc. Entretien avec Mouna Deme Dia La Fondation : Qui est Mouna Deme Dia ? Mouna Deme Dia : Je suis mariée et mère de cinq enfants. Ma mère est Marocaine et mon père est Sénégalais. J'ai passé une bonne partie de mon enfance à Fès où je suis née. J'ai donc une double culture que j'assume. Je suis aussi bien à l'aise dans la préparation du tajine que du theboudieun (plat national du Sénégal). Je suis programmeur de gestion mais j'ai choisi de rester à la maison pour m'occuper de l'éducation de mes enfants. J'ai milité dans plusieurs associations sportives et culturelles avant de créer l'Association des Sénégalais d'origine marocaine ASSOM. La Fondation : Quels sont les objectifs de l'Association des Sénégalais d'origine marocaine ASSOM ? Mouna Deme Dia : l'Association des Sénégalais d'origine marocaine a été créée en 2009. Ses principaux objectifs sont : promouvoir la solidarité entre ses membres, contribuer au renforcement des liens amicaux et culturels entre le Sénégal et le Maroc et créer les conditions pour que les Marocains installés au Sénégal puissent tout en s'ouvrant sur la culture de leur pays d'accueil, conserver leur culture d'origine. Notre association organise des cours de langue arabe pour ses membres et leurs enfants. A moyen terme notre objectif est de créer un centre d'enseignement de la langue arabe. Notre association fait aussi beaucoup d'actions sociales au profit des handicapés et des déshérités (collecte et dons d'habits, distribution de repas durant le ramadan, etc...). Enfin, nous organisons régulièrement des réflexions et des débats sur divers thèmes qui intéressent la communauté marocaine au Sénégal. La Fondation : Comment définirez-vous la vie au Sénégal pour une femme d'origine marocaine ? Mouna Deme Dia : Malgré l'hospitalité du peuple sénégalais, la vie de la femme d'origine marocaine n'est pas toujours facile. Confrontée aux mêmes difficultés économiques que les Sénégalaises, elle a moins de solutions d'autant plus qu'elle est en terre étrangère. De plus, conserver sa culture (sa langue et ses coutumes) et la transmettre à ses enfants n'est pas évident dans un milieu où la culture dominante est différente de la sienne. source

Entretien avec Mouna Deme Dia, une Sénégalais d'origine marocaine

Maroc Export-TFO Canada Accord pour accompagner les entreprises marocaines

Maroc Export-TFO Canada Accord pour accompagner les entreprises marocaines

Cet accord, qui intervient à la suite d'une mission exploratoire d'experts canadiens du TFO Canada au Maroc, effectuée du 15 au 20 septembre, vise à mettre en œuvre un projet conjoint pour le programme d'accès au marché canadien et à renforcer l'expertise de Maroc Export de nature à lui permettre d'améliorer ses services de développement du commerce sur le marché canadien au profit des petites et moyennes entreprises (PME) exportatrices au Maroc, explique Maroc Export dans un communiqué. Maroc Export fait savoir que cette convention ambitionne également de renforcer la coopération institutionnelle et le développement des activités promotionnelles, dans le but de dynamiser les relations commerciales entre les entreprises marocaines et canadiennes. À cet effet, TFO Canada organisera, à partir de 2015, une session de formation pour accéder au marché canadien à Montréal et Toronto, au profit de quelques représentants de Maroc Export, ajoute le communiqué. Ce programme comprendra des visites d'organismes publics et d'entreprises privées, ainsi qu'une formation pour les institutions d'appui au commerce sur les services d'accès aux marchés canadiens. Après avoir bénéficié de cette formation au Canada, Maroc Export compte partager cette expérience avec des exportateurs marocains, à travers l'organisation des séminaires, et mettre en œuvre des actions de développement des exportations, afin d'augmenter les chances d'accès au marché canadien. Pour sa part, TFO Canada s'engage à faire la promotion de Maroc Export sur son site Internet et à lui fournir une licence afin de diffuser des publications en différentes langues sur le marché canadien aux exportateurs locaux. Le Maroc est le sixième plus important partenaire économique du Canada en Afrique, avec des échanges commerciaux atteignant 4,9 milliards de dirhams en 2013. Un PIB canadien, classé dixième sur l'échelle mondiale, et une population de 35,4 millions d'habitants, sont des indicateurs qui incitent le Maroc à développer ses échanges commerciaux avec ce pays, à travers la négociation d'un Accord de libre-échange bilatéral. Fondé en 1980, TFO Canada est un organisme non-gouvernemental sans but lucratif qui affronte le défi de la pauvreté mondiale en promouvant le développement économique durable à travers des informations, des conseils et des contacts d'exportation. TFO Canada facilite l'accès au marché canadien et partage l'expertise commerciale canadienne pour le bien des petits exportateurs dans les pays en développement.

Maroc Export-TFO Canada Accord pour accompagner les entreprises marocaines

Littérature Le Prix «la Mamounia» 2014 décerné à Reda Dalil

Littérature Le Prix «la Mamounia» 2014 décerné à Reda Dalil

Huit œuvres étaient nominées à ce prestigieux Prix, un événement culturel dédié à la promotion de la littérature marocaine d'expression française. Le Prix de la cinquième édition a eu lieu lors d'une cérémonie à laquelle ont pris part notamment le wali de la région de Marrakech-Tensift-Al haouz, Abdessalam Bikrate, le consul général de France à Marrakech, Éric Gérard, et de nombreux hommes de lettres et médias. Selon ses initiateurs, les ouvrages en compétition pour ce prix, doté de 200.000 dirhams (18.000 euros), ont été sélectionnés parmi ceux paraissant entre juin 2013 et mai 2014. Le roman primé (244 pages) relate l'histoire d'un jeune casablancais qui, avec plusieurs diplômes en poches, décide de se lancer dans une quête hasardeuse, celle de trouver un job. Mais sa quête est vaine. La crise économique a rendu les opportunités rares, voire inexistantes. Après moult entretiens d'embauche infructueux, le héros commence à perdre espoir et la confiance en soi. Et au fil du temps, Ghali Habchi trouve une lueur d'espoir : une possibilité d'embauche. Celle que lui fait miroiter la directrice d'un cabinet de consulting. Naît alors une histoire d'amour entre le personnage et ce poste tant souhaité. Il jette son dévolu sur ce poste, avec un mélange d'espoir et d'angoisse. Cette fixation prend vite l'allure d'une obsession. Dans «Le Job», Reda Dalil, journaliste économiste, aborde le fléau du chômage dans un traitement littéraire et dresse l'itinéraire d'un Ghali, parfait reflet de sa génération. Son ouvrage décortique en effet la déchéance socio-économique des jeunes casablancais. «Le Job» est le premier roman de Reda Dalil qui, après une brillante carrière dans le monde des affaires, a tout laissé tomber pour se consacrer à sa passion première : l'écriture et la littérature. Les huit œuvres en lice pour ce prix réservé à la meilleure plume marocaine francophone étaient «Au Café des faits divers» (Ed. La Croisée des chemins) de l'écrivaine et journaliste Bouthaïna Azami ; «Ordonnances et confidences» (Ed. La Croisée des chemins) de l'auteure et pharmacienne Reem Laghrari Benmehrez ; «31 Février» (Ed. Plon), du réalisateur, scénariste et romancier Hafid Aboulahyane ; «Les Tribulations d'un intérimaire» (Ed. Mon petit éditeur), de l'écrivain Mustapha Bouhaddar ; «La Liste» (Ed. Le Fennec) de l'universitaire et romancière Naïma Lahbil Tagemouati ; «Le Job» (Ed. Le Fennec) du journaliste et écrivain Reda Dalil ; «Nos plus beaux jours» (Ed. Du Sirocco), de l'écrivain Moha Souag ; et «La Blanche» (Ed. La Cheminante), de la jeune auteure Maï-Do Hamisultane. Composé de sept écrivains, universitaires et journalistes francophones de renom, le Jury était présidé par la romancière française Christine Orban, cette native de Casablanca qui reste très attachée au Maroc sentimentalement et familialement. Elle était déjà présidente du Jury des deuxième et troisième éditions de ce grand événement littéraire. Aux côtés de Christine Orban, il y avait notamment l'écrivain américain Douglas Kennedy, le journaliste et philosophe marocain Adil Hajji, l'écrivain et lauréat de la troisième édition du Prix littéraire de la Mamounia Mohamed Nedali, l'écrivain Franco-congolais Alain Mabanckou et l'écrivain et professeur belge de littérature et d'histoire contemporaines Vincent Engel. Le Prix littéraire de la Mamounia se donne pour but d'encourager et de promouvoir la littérature marocaine d'expression française et de la faire rayonner à travers le monde. Les quatre lauréats déjà récompensés par ledit Prix sont Mahi Binebine (2010) pour son roman «Les étoiles de Sidi Moumen», Mohamed Leftah (2011, à titre posthume) pour son roman «Le dernier combat du captain Ni'mat», Mohamed Nedali (2012) pour son œuvre littéraire «Triste jeunesse» et Rachid O. (2013) pour son opus «Analphabètes». Il convient de signaler qu'un Prix spécial a également été offert, à cette occasion, à Reda Dalil par le transporteur national Royal Air Maroc (RAM), partenaire de ce grand événement littéraire.

Littérature Le Prix «la Mamounia» 2014 décerné à Reda Dalil

Grand marathon international de Casablanca La 7e édition est prévue le 26 octobre

Grand marathon international de Casablanca La 7e édition est prévue le 26 octobre

3 épreuves sont au programme : le marathon sur 42,195 km, le semi-marathon sur 21,1 km et enfin la course relais qui permet de faire participer membres, amis et collaborateurs. Les sportifs amateurs des longues distances ont rendez-vous le 26 octobre prochain, avec la 7e édition du Grand Marathon International de Casablanca. Manifestation d'envergure internationale, l'évènement sportif verra la participation de sportifs professionnels ou amateurs, collaborateurs d'entreprises ou membres d'associations, seuls ou en équipe, à l'une des trois épreuves programmées comme chaque année, à savoir : le marathon sur 42,195 km, le semi-marathon sur 21,1 km et enfin la course relais qui permet de faire participer membres, amis, et collaborateurs par équipes de 4 personnes pour courir la distance du marathon. «Des toprunners marocains et étrangers seront également présents pour concourir et remporter les nombreuses primes accordées dans le cadre de cette compétition internationale», indiquent les organisateurs. Et d'ajouter : «Avec ses nombreux hauts lieux, le parcours du Marathon est un véritable hommage aux symboles casablancais les plus ancrés dans la culture de la ville et son histoire. Plus qu'une course, ce marathon est aussi l'occasion de (re) découvrir les trésors architecturaux de la capitale économique en perpétuelle mutation, mais aussi un rendez-vous festif et fédérateur pour les citoyens désireux de célébrer leur attachement à la ville blanche ainsi que leur amour du sport».

Grand marathon international de Casablanca La 7e édition est prévue le 26 octobre

Nos réseaux de compétences

google map api v3 test 10

Demandeurs de compétences Demandeurs de compétences

Derniers inscrits Derniers inscrits

Affichage de 3 résultat(s).
76 CVs dans la CVthèque
965 Compétences marocaines inscrites